Avant d'entrer dans le masjid de Ramadan

art/adab/ihsan développement spirituel ramadan vivre en harmonie avec le divin Apr 14, 2021
Dans Sa Sainte Écriture adressée à l’humanité, Dieu nous dit : “Ô fils d’Adam, Ô vous à qui Dieu a donné la plus belle des formes, Ô vous à qui Dieu a donné l’intelligence du cœur, ne vous approchez pas d’un “masjid” sans que vous ne soyiez recouverts de votre décor, de votre beauté, de votre plus bel ornement (“zina”)”. S.7 - V.31
 
 
QU’EST-CE QU’UN MASJID ?
 
Le mot “masjid” concerne tout ce qui nous invite à la prosternation (soujoud), cet exercice qui est à la fois l’exercice d’effacement total devant Dieu, mais aussi le symbole de la soumission, de l'abandon suprême de soi devant le Créateur qui nous a créés à partir de rien, et à qui nous devons tout. Ainsi, un “masjid” peut être un endroit (une mosquée ou même une salle de prière), un moment (l’heure de la prière rituelle ou d’un cercle de développement de conscience), ou encore une rencontre avec une personne qui nous offre une relation exclusivement pour la face de Dieu, une relation qui va nous reconnecter à Dieu et à notre état de serviteur.
 
 
LA BEAUTÉ DANS LA FORME
 
Les ingénieurs de la loi islamique qui ont travaillé à interpréter le verset que nous avons cité plus haut l'ont fait en ce qui concerne la forme extérieure, c'est-à-dire les vêtements physiques et les belles habitudes qui forment l’art de vivre avec Dieu. Ils lisent donc le verset de cette façon : “Avant de vous approcher d’un de ces lieux, moments ou hommes de prière, revêtez-vous de vos plus beaux vêtements. Ne vous présentez pas si vous êtes négligé, et respectez l’art de faire les choses (adab) qui nous a été enseigné”.
 
De même, les ingénieurs de l’éducation de nos enfants vont s’appuyer sur ce verset pour nous dire que si l’on veut que nos enfants aiment et respectent la religion, on doit toujours commencer par leur montrer la forme, non pas la forme stricte, mais plutôt la beauté de la forme et le cérémonial car les enfants aiment la beauté du rituel : les beaux habits, les beaux décors, et tout ce qui va les mettre en valeur.
 
Ces interprétations sont toutes vraies et justes, car le Qor’an englobe la totalité de notre vie et nos dimensions, et la beauté de la forme a toute son importance dans la vie humaine.
 
 
L’ORNEMENT INTÉRIEUR
 
Le Qor’an englobe cette dimension extérieure et la dépasse pour venir travailler nos cœurs, notre for intérieur. La beauté de la loi divine (chari’a) ne vient pas en contradiction du secret de la réalité intérieure à laquelle nous sommes invités (haqiqa). L’extérieur n’exclut pas l’intérieur, et réciproquement, l’intérieur ne rejette pas la forme non plus.
 
Ainsi, les ingénieurs et les forgerons des cœurs ont compris ce verset d’une manière différente. Ils lisent : “Ô vous à qui Dieu a donné l’intelligence des coeurs (al-imane), sachez que vous ne pourrez pas entrer dans un état, dans un endroit, dans un moment ou dans une relation de vrai abandon à Dieu, de vraie prosternation devant Dieu, de vrai effacement dans la Présence de Dieu sans que vous ne portiez au-dessus de vous votre ornement”.
 
Et de quel ornement parlent-ils ?
 
Du plus beau ornement de toute la Création, notre Bien-aimé Guide et Prophète, Mohammed (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui) ! C’est ainsi que nous le décrit par exemple l’imam al-Busayri (que Dieu nous connecte à lui) qui nous dit : “Mohammed est la beauté (zina) de cette existence”.
 
Ainsi, si vous voulez entrer dans un état, un endroit ou une relation d’abondon total en Dieu n'oubliez pas de porter la réalité de Mohammed : de porter le manteau de Mohammed (burdah), de porter son caractère, de porter son sourire, de porter son souvenir, de porter son amour. Ou au moins, de porter en vous le besoin et la demande de connexion à son être et à sa lumière. C'est pour cela que certaines personnes ont indiqué que ce verset exigeait de nous de réciter une demande de connexion au Bien-aimé (salât ‘ala Nabi) avant de rentrer à la mosquée...
 
"Que Dieu nous donne le succès (tawfiq) de considérer notre obéissance à loi non pas comme un conformisme aveugle mais comme un signe de loyauté et de fidélité au Seigneur, comme la loyauté de l'amoureux pour son bien-aimé."
 
 
LE MASJID DE RAMADAN
 
Si l’on se réfère à la définition que l’on a donné précédemment, on comprend que le mois de Ramadan est un “masjid”, un moment que nous réservons à notre relation à Dieu, un mois de dévotion et de travail sur nos cœurs, de cultivation de notre effacement en Dieu, de notre soumission à Dieu, de recherche de prosternation des cœurs. Et Dieu nous invite à développer notre beauté pour entrer dans ce “masjid” de Ramadan, à embellir notre expérience que ce soit physiquement comme spirituellement, à l'extérieur comme à l’intérieur.
 
 
LA BEAUTÉ EXTÉRIEURE
 
De nombreux conseils pour soigner notre apparence et notre attitude extérieures nous ont été donnés. Par exemple, le Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui) a dit : “Lorsque vous jeûnez, ne dites pas de mauvaises paroles, abstenez-vous de dire des paroles futiles ou qui ne sont pas importantes et si quelqu'un vient argumenter avec vous, refusez de répondre et dites “je jeûne.
 
Aussi, notre maître Jésus (que Dieu nous connecte à lui) nous a dit : “Lorsque vous jeûnez, mettez du kohol, lavez votre visage, peignez vos cheveux, essayez d'avoir une apparence fraîche. Il s’adressait alors aux Enfants d'Israël pour qui le jeûne était devenu une source d’ostentation : celui qui jeûnait aimait se montrer négligé et fatigué, pour signifier aux autres combien il était pieux. Mais ce conseil reste valable pour nous aujourd'hui.
 
Ramadan est un mois de Dieu, un mois de dévotion. On ne veut pas le passer en pyjama, ou négligé. Même si l’on est seul chez soi, et confiné qui plus est, on doit faire cet effort de s’embellir et de porter de beaux habits pour honorer Dieu et les opportunités qu’Il nous donne.
 
Dans le même sens, notre maître Omar ibn Al-Khattab (que Dieu nous connecte à lui) a dit : “Que celui qui veut lire le Qor’an porte des habits blancs”. Bien sûr, la blancheur du vêtement a quelque chose de relatif, il s’agissait de sa propre référence culturelle, mais c’est un conseil à suivre et à adapter à chaque contexte. Si dans le pays dans lequel vous êtes l'habit cérémonial est vert ou rouge ou noir, peu importe. L'essentiel est de mettre de beaux habits pour consacrer ses moments passés avec Dieu, même à la maison.
 
Passez ce mois comme si vous étiez en état de prière et de connexion (salât) toute la journée, et rappelez-vous que Dieu nous dit de porter nos beaux habits dans tous les moments de connexion.
 
 
LA BEAUTÉ INTÉRIEURE
 
Le côté extérieur a son importance, certes. Mais le plus important, c'est qu'on ne veut pas entrer dans le mois de Ramadan sans avoir l’ornement le plus beau qui soit : notre Prophète bien-aimé. On ne veut pas entrer dans ce mois béni sans avoir sa beauté, sans nous couvrir de son manteau. C'est lui, notre ornement, c'est lui la beauté de toute la création, c’est lui la source de toute beauté. Et si Dieu nous dit de nous embellir, de nous revêtir de notre beauté, de revêtir nos plus beaux habits à chaque fois que l’on entre dans un moment de connexion, alors on ne veut pas entrer dans le plus beau moment de l’année sans porter l’habit de Mohammed, le sourire de Mohammed, le pardon de Mohammed, le cœur et la générosité de Mohammed.
 
 
AVANT DE QUITTER CHA’BANE
 
Voilà pourquoi le mois de Cha’bane, le mois de la connexion au Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui) précède le mois de Ramadan : car c’est uniquement par cette connexion-là que l’on parviendra à revêtir les belles valeurs et les belles qualités du plus bel être que la terre ait jamais porté.
 
Ainsi, nous vous invitons, pour les quelques jours qui restent de ce mois, à redoubler d’ardeur dans la récitation des deux prières combinées : la demande de connexion au Bien-aimé et la Prière de conservation de la Présence Prophétique que nous vous avions donnée au début du mois.
 
Cette prière doit être répétée vers la fin ou à la fin de chaque moment de connexion (“salât”), et la demande de connexion au Prophète est une “salât”. On peut donc associer ces deux prières, car il est certain qu’il n'y a que notre lien avec le Prophète, il n'y a que la beauté du Prophète, Il n'y a qu'avec le renforcement de ce lien d'amour entre nous et lui, qui pourra nous donner la force spirituelle pour pouvoir vraiment se rappeler de Dieu, pour vraiment célébrer Dieu et développer notre conscience de Sa Présence, pour vraiment être reconnaissant envers Dieu, et pouvoir L’adorer avec beauté…
 

Restez connectés à nos publications !