Bonne fête de l'Aïd al-Adha pleine de bénédictions

aïd al-adha pèlerinage/hajj vivre en harmonie avec le divin Jul 09, 2022

 

 A l’occasion de la fête de l’Aïd, nous partageons avec vous cette vidéo de célébration du chant sacré que l’on récite en chœur à cette occasion ici. Que cette journée soit une vraie journée de célébration de Dieu, de Sa Grâce, et de Ses Dons dans nos vies ! Qu'Il nous élève et nous permette de réaliser et de vivre le vrai sens du sacrifice !

Amine.

 
 
 
COMPRENDRE LE CHANT DE GLORIFICATION DE DIEU DE L'AÏD
 

Le chant de l'Aïd offre aux hommes une alternative saine et cohérente pour répondre au besoin humain de célébrer une fierté collective. L’être humain est ainsi fait qu’il a besoin de célébrer une fierté collective, d’où les hymnes, les fêtes nationales, etc. C’est un phénomène très connu sociologiquement, observé depuis toujours. C’est une erreur de penser qu’un humain puisse échapper à ce besoin légitime, spontané et naturel de s’identifier à une identité collective pour se définir plutôt comme un simple individu universel.

Toutefois, il s’agit de faire en sorte que cette fierté collective ne repose pas sur quelque chose de matériel et dérisoire, mais sur une affaire spirituelle et pérenne. D’où l’importance d’une alternative saine, pour libérer l’aspect positif de cette tendance humaine à se fédérer. Ainsi, la fête de l’Aïd comme cet hymne de glorification de Dieu (takbir) répondent à ces besoins légitimes de manière à nous permettre de nous élever.

Il faut savoir que pendant la Jahiliya, les pèlerins à Mina n’étaient pas dans une démarche de reconnaissance entre les peuples ou entre les tribus, mais dans une optique de compétition dans la fierté, le dénigrement de l’autre et la valorisation de ses propres alliés et ancêtres. Un peu à la manière du campement moderne de Mina où les Pèlerins sont répartis en agglomérations (partie du campement réservée aux Européens ici, aux Pakistanais là, aux Malaisiens là-bas, etc.), Mina était subdivisée entre les différentes tribus qui ne se réunissaient que pour se valoriser les uns par rapport aux autres.

On écrivait des chants, des poèmes, dont l’objectif était de ridiculiser les autres et de chanter la gloire de son peuple de manière éloquente et rabaissante pour les autres. Les sujets de ces chants étaient souvent des démonstrations de force (“en cas de guerre, on vous fera ceci et cela”), ou des rappels de faits anciens qui venaient piquer la fierté des autres tribus. Une guerre de 200 ans a même été déclenchée en plein mois sacré à cause d’un poème dans lequel une tribu se targuait d’avoir passé ses meilleures nuits avec les épouses d’un peuple qu’ils avaient vaincu à la guerre par le passé. Le poème continuait de jeter de l’huile sur le feu en se gaussant d’avoir désormais dans ce peuple leur propres enfants bâtards que personne ne saurait plus distinguer des enfants légitimes.

Sans aller si loin, d’autres se contentaient de vanter les mérites et de nourrir la mythologie de leur ancêtre fondateur, et les hachémites eux-mêmes étaient entrés dans ce jeu. Les ancêtres de notre Bien-aimé Mohammed (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière, la force de son âme, son héritage spirituel ainsi que notre connexion à lui) le faisaient cependant avec art et raffinement, vantant les vertus et les qualités morales de ceux qu’ils évoquaient. Jamais ils ne relataient des faits de guerre ou de puissance physique, plutôt, ils valorisaient et exaltaient les vertus chevaleresques, car les valeurs hachémites ont toujours été belles et nobles, se concrétisant dans leurs descendants, comme par exemple lorsque notre Maître Ali détourna le regard et laissa partir son ennemi de guerre pourtant vaincu, pour la raison que ses parties intimes se sont trouvées découvertes lors de l’affrontement.

Le Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière, la force de son âme, son héritage spirituel ainsi que notre connexion à lui) nous enseignera d’ailleurs que si jamais nous devons entrer dans une compétition de fierté quelconque, alors que ce soit pour vanter la vertu, les belles qualités de la personnalité saine, car ainsi, on inspire, anime et encourage celui qui écoute à travailler sur lui-même pour s’élever.

Cependant, dans l’absolu, notre Maître Bien-aimé nous invite à renoncer à cette fierté découlant d’un sentiment d’appartenance à un groupe identitaire pour entrer dans dynamique de reconnaissance les uns des autres, par rapport à nos accomplissements et nos vertus morales respectives.

Dans la Sainte Parole, on trouve la Commande suivante (S.2-V.200) :

فَٱذْكُرُوا۟ ٱللَّهَ كَذِكْرِكُمْ ءَابَآءَكُمْ أَوْ أَشَدَّ ذِكْرًۭا

que l’on peut traduire de deux manières : “pensez à Dieu comme vous pensez à vos parents, et mieux encore” dit autrement, accordez à Dieu une place dans votre esprit et dans votre cœur plus grande encore, et pensez de Lui qu’Il est Amour, Tendresse, et Bienveillance. Mais dans le contexte détaillé précédemment, l’arabe comprenait ce verset autrement, pour lui, c'était un message clair : “vous cherchez une fierté collective ? Que cette fierté repose sur Dieu et non sur vos ancêtres, vos drapeaux, votre lignée ou vos mythes. Venez plutôt chanter la fierté d’appartenir à Dieu, en non d’appartenir à une tribu ou un peuple.”

Notre Imam Ali disait par ailleurs :
 
 
“Ma plus grande fierté, c’est d’être Ton Serviteur ! Ma plus grande noblesse c’est que Tu sois mon Seigneur !”
 

En quelque sorte, c’est cela que nous chantons le jour de l’Aïd à travers la glorification de Dieu qui nous a été enseignée. Il s’agit de notre hymne, à la manière d’un hymne national exaltant la fierté de la patrie. Nous venons chanter nous aussi notre hymne national, notre nation étant la “oumma” de Mohammed (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière, la force de son âme, son héritage spirituel ainsi que notre connexion à lui), et notre identité étant celle de Abd, serviteur de Dieu. Nous venons chanter tous ensemble, collectivement, d’une seule et même voix, avec un seul et même cœur : “Comme Il est Grand notre Seigneur ! Comme Il est merveilleux !”...

 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Pour aller plus loin, retrouvez cet article dans notre ouvrage papier ou ebook Vivre le grand Pèlerinage de chez soi. Il n'est pas trop tard ! Plus d'informations sur www.hamdibenaissa.fr/livres
Vous aussi, devenez un acteur de cette réconciliation intégrale et un investisseur de ce projet par vos prières et vos dons à l'Institut Ha-Mim.
Soutenir l'Institut Ha-Mim

Restez connectés à nos publications !