Enfants martyrs du Canada

bâtir une conscience collective et une culture saine se développer en tant qu'être humain Jun 04, 2021

Il y a tout juste quelques semaines, un  poème intitulé “Enfants martyrs” du Shaykh AbdulAzeez a été partagé sur cette page, poème qui évoquait les enfants de Palestine tués quotidiennement par des tyrans sans conscience. (L'oppression continue à travers l'occupation et le génocide culturel, même si les meurtres ont cessé.)

Suite à ces événements, nous avions décidé de consacrer une partie de notre propriété de la Mosquée Rhoda pour servir de jardin commémoratif pour les enfants victimes de la guerre. C'était notre façon d'honorer ces enfants morts au-delà des réactions sur internet, notre façon de garder un souvenir impérissable de leur existence et de faire un effort vivant pour les commémorer en personne et sur cette terre.

Il y a juste quelques jours, nous avons tous reçu une bien sombre nouvelle : la découverte d'une fosse commune de 215 enfants sur le site d'un pensionnat près de la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc de la ville de Kamloops (ici au Canada). Des enfants martyrs qui ont été enterrés sans aucune cérémonie après avoir été arrachés à leurs familles, leurs communautés et leur culture. Nos cœurs saignent pour ces petits êtres innocents dont les vies ont été volées et aussi pour l'impact durable que sur ceux qui leur ont survécu.

Nous offrons nos plus sincères condoléances à nos frères et sœurs autochtones, qui ne savent que trop bien à quoi ressemble l'oppression de l'État colonisateur. Nous devons à ces enfants, à leurs communautés et à notre propre humanité de prendre cela comme un signal d'alarme en vue de nous poser les bonnes questions. Quelle est la nature de notre présence sur terre, que ce soit au Canada ou ailleurs ? Comment honorons-nous chaque vie, en particulier celles qui ne sont pas les “nôtres” (celles qui dépassent nos propres familles et lignées ethniques) ? Et comment allons-nous construire un avenir meilleur ?

 

MON FRÈRE ALBERT DUMON "SOUTH WIND"

Albert Dumont "South Wind" avec qui nous avons planté deux arbres à Rhoda l'année dernière et il y a quelques années a écrit un poème profondément émouvant en l'honneur des enfants qui ont souffert dans le système des pensionnats coloniaux que je voudrais partager avec vous ici.

 

______________________

 

Ninidjànis (Mon enfant)

Dédié aux enfants qui ont subi l'humiliation et la mort dans les pensionnats indiens

par Albert Dumont © :

 

“Ton héritage, oh, noble enfant

Arraché par les vents tourbillonnants

Du génocide culturel

 

Toute ton innocence sacrifiée

Pour la rançon du civilisé

Ta chanson refusée

Ton esprit ravagé

Ton intelligence crucifiée

 

Pourtant, le substitut n'a pas pleuré

Quand ton cœur a cédé, à un sommeil conjuré

Pas de larmes pour le tuteur du "sauvage” violent

Même si, des milliers sont manquants

 

Mais, êtres exceptionnels, Dieu vous a bénis

Au-delà du soleil, dans le Lieu de l’Esprit

 

Là où même les ombres des hommes de haine

Jamais n’auront l’audace de quitter leur peine

Là où vous achevez le projet ancien

Du pacte sacré, pris entre Dieu et l'humain.”

 

En tant que musulmans, nous partageons la même conviction exprimée dans ce poème : le fait que les enfants qui quittent ce monde se rendent dans un endroit spirituel qui est bien au-delà du soleil. Nous l'appelons le Paradis, et nous pensons que ces enfants sont bénis par le fait de se retrouver dans cet endroit merveilleux, loin de la souffrance qu’ils ont pu connaître dans ce monde. Leur voyage là-bas est en effet “l'achèvement du projet ancien, du pacte sacré, pris entre Dieu et l'humain”, comme le dit si joliment Albert.

Quant à nous, qui sommes encore ici sur terre, nous devons garder vivant le souvenir de ces enfants et de ce qu'ils ont vécu, et c'est dans cet esprit que nous avons créé le jardin commémoratif, juste devant notre mosquée. Ici, les enfants de notre communauté ont planté et continueront de planter des arbres fruitiers au nom des enfants martyrs. De tous les enfants martyrs. Nous voulons que ce jardin commémoratif soit dédié aux enfants victimes de la guerre ainsi qu’aux enfants victimes du génocide d'État, comme l'ont été les enfants du système des pensionnats.

Planter ces arbres est notre façon de résister au désespoir terrestre lié à l'oppression et au mal, et aussi notre façon d'apprendre aux enfants d'aujourd'hui à devenir des personnes de cœur, de moralité et de conscience. Des gens qui honorent le sacré, et notamment la chose la plus sacrée de toutes : la vie d'une autre créature. Dieu nous a tous créés, aucun de nous n'a le droit de retirer les droits, la vie ou la sécurité d'un autre être.

Dans ce jardin commémoratif, nous enseignons à nos enfants à prendre soin des arbres, à les arroser et à prier pour les âmes des enfants qui ont quitté cette terre. Nous vous invitons à vous joindre à nous, et à amener vos enfants afin qu’ils fassent partie de ce projet, un projet qui vise à semer l'espoir et qui nous permet de nous rappeler du seul mécanisme d'adaptation qui vaille : se souvenir de nos anciennes traditions spirituelles, se rappeler que la vie continue par-delà ce royaume terrestre, et du fait que le pacte, le traité le plus important est celui conclu entre Dieu et l'humain. Et nous avons tous signé ce pacte. A nous d’être à la hauteur de cet engagement, ici et maintenant.

 


 

Si vous souhaitez participer à ce projet de jardin commémoratif pour les enfants victimes, veuillez nous envoyer un message à [email protected].



Vous aussi, devenez un acteur de cette réconciliation intégrale et un investisseur de ce projet par vos prières et vos dons à l'Institut Ha-Mim.
Soutenir l'Institut Ha-Mim

Restez connectés à nos publications !