L'éclat du cœur - Traduction et commentaire d'un enseignement de Habib Omar ibn Hafidh

habib omar sagesse vivre en harmonie avec le divin Dec 13, 2021

 

Dans une vidéo que nous partageons avec vous en fin de publication, notre bien-aimé Habib Omar bin Hafiz (que Dieu le protège et nous connecte à lui) dit :

 

"La réalité de la foi du croyant se révèle particulièrement dans le contexte de l’interdit, à travers la manière avec laquelle il se comporte face à l'interdiction. Il se peut qu’il se montre endurant momentanément mais qu'il finisse finalement par céder. Renoncer aux péchés est le paroxysme de l’obéissance et la meilleure des bonnes actions, il en découle l’agrément du Seigneur et la multiplication de la rétribution des dites bonnes actions. 

Certes, celui qui démontre une grande intensité dans son comportement pour son amour et son adoration de Dieu tout en commettant continuellement des péchés verra la valeur de ses bonnes actions, leur rétribution ainsi que leur impact positif diminuer. Et celui qui s’attache moins à honorer les Préceptes Divins et qui démontre moins d’intensité dans son degré d’amour pour Dieu mais qui pourtant délaisse les péchés, s’en abstient et s’en écarte, sa rétribution sera décuplée, son degré s’élèvera, et cet acte de désobéissance qu’il s’est abstenu de faire lui vaudra une récompense illimitée. 

Un des compagnons a dit : 

 

"Quiconque commet un péché se verra privé d’une partie de son intelligence qui ne le lui reviendra jamais” 

 

Comment cela ? Car lorsque le péché pénètre en lui, une noirceur apparaît dans son cœur. Et le plus souvent, le cœur, dans un moment de prise de conscience, regrette et fait alors une bonne action qui viendra effacer cette noirceur. Cela est vrai, mais cette même bonne action, si elle était arrivée sans être précédée par cette obscurité, l’éclat du cœur n’en aurait été que davantage augmenté.

Mais lorsque la bonne action est faite et que l’obscurité est déjà là, présente, il (la personne) aura manqué l’opportunité d'accroître l’illumination de son cœur. Aussi, l’habit qui a été sali puis lavé est-il égal à celui qui n’a jamais été sali ? Et le miroir qui n’a pas été touché par la saleté peut-il être nettoyé et redevenir comme celui qui n’a jamais été touché par la saleté ? Bien sûr que non !

 Que Dieu nous compte parmi les êtres conscients qui ont accepté de se rendre perméables à Sa Lumière, ceux qui font de bonnes actions, et qui n’éprouvent aucune difficulté à les réaliser. Et qu’Il nous empêche de faire de mauvaises actions et qu’Il nous compte parmi les gens du repentir et de l’humilité". 

 

Lien vers la vidéo : https://youtu.be/z0h9N9_kQLg

 

_________________________________

 

Suite à cet enseignement, j’ai reçu plusieurs messages de frères et sœurs inquiets. Il nous a également été posé cette question :

 

"Est-il possible de retrouver l’éclat originel du cœur ?"

 

 

RÉPONSE 

Dans cette vidéo, Habib Omar est en train de lire et commenter le passage d’un ouvrage de l’imam al-Ghazali (que Dieu nous connecte à eux et à leur héritage béni). Cet enseignement est tout à fait clair, juste et vrai. Il explique une vérité bien connue : les péchés viennent affaiblir et amoindrir la réceptivité à Dieu d’une personne, ils auront pour conséquence de diminuer sa force spirituelle. C’est donc un message de prévention qui s’adresse à une personne qui n’a pas encore péché et qui envisage de passer à l’acte. Il vise à créer un éveil, une sorte de coup de fouet, pas à démoraliser ni à enfoncer les personnes dans leur anxiété ou leur dépression. 

Il faut comprendre que les enseignements classiques s’adressaient à des personnes de la pré-modernité, des personnes qui avaient pour la plupart un mental sain. Nos ancêtres avaient cette intelligence mentale de pouvoir investir le regret du passé pour le futur, de pouvoir compter les pertes du passé pour se donner de la force de détermination, de proposition, d’engagement, et non pour s’autoflageller, désespérer et rester finalement figés dans leur malheur. C’était des personnes qui savaient comment tirer bénéfice de leurs expériences pour développer une réelle motivation à aller de l'avant, qui savaient faire leur retour vers Dieu en toute humilité, regret et demande de pardon (tawba) très rapidement, et ne pas s’emprisonner dans un passé quelconque.

Force est de constater que notre époque, bien différente de celle de l’Imam al-Ghazali, se caractérise par une fragilité mentale presque généralisée. Et ce que j’entends dans ce genre de questions me donne du souci pour mes frères et sœurs. J’ai peur que des personnes fragiles reçoivent mal ce message, et qu’ils se mettent à désespérer, à se sentir oppressés et perdus à jamais plutôt que de refuser de chuter davantage et de s’engager dans un chemin de retour vers Dieu. Il y a un risque qu’au lieu de se projeter dans le futur, une telle personne se noie dans le passé, regrettant son pseudo-paradis perdu, qui souvent n’était en plus qu’une illusion. Alors que ce message ne vise pas du tout à te garder prisonnier de ton passé, bien au contraire…



CE QUE L’ON DIT A LA PERSONNE QUI A PECHE

Si ce message était un message très pertinent de prévention, on servira à la personne qui commet un péché un autre message. Un message qui est tout aussi vrai que le précédent, mais qui est adapté à sa situation précise. Car pour chaque maqam, pour chaque station, pour chaque état spirituel, il existe un message bien déterminé, comme il existe un médicament particulier pour chaque mal du corps. Dieu est Un, et Ses manifestations sont multiples, il faut boire à toutes les coupes si l’on souhaite vraiment vivre avec Lui. 

Le message que l’on envoie à celui qui a commis un péché et qui regrette amèrement son geste, c’est celui du pardon, de l’Amour Divin Inconditionnel. Dieu ne ferme jamais la porte, Dieu ne répudie jamais celui qui L’aime et qui Le cherche sincèrement. Dieu aime ceux qui se repentent en toute humilité et conscience de leurs vulnérabilité. C’est ce qu’Il nous dit dans Sa Sainte Ecriture : 

 

“Ô vous, mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de l’Amour que Dieu vous porte, de Sa Compassion et de Sa Grâce envers vous (rahma)...” - V. 53-54

 

C’est d’ailleurs ce verset que notre maître Ibn Arabi (que Dieu nous connecte à son héritage béni) commentait lorsqu’il a dit :

 

« Qu'il ne désespère pas de l’Amour, de la Compassion et de la Bonté Divines, mais qu'il se repente, qu’il se remmette en route et qu’il renouvelle son aspiration et sa décision de marcher sur le chemin. Qu'il demande à Dieu la grâce d'accomplir ce que Lui aime et agrée, qu'il se garde des stratagèmes, des illusions et des mensonges de l’âme figée et de Satan, qu'il veille de toute sa force à ne pas tomber là où il a déjà chuté une première fois car "le croyant ne se fait pas mordre deux fois du même trou", et qu'il demande à Dieu de le rendre plus perméable et de lui agrandir sa réceptivité à Sa Lumière comme nous l'a enseigné notre Prophète (que Dieu nous connecte à lui) : celui à qui Dieu veut du bien, Il agrandit sa capacité d'accueil à Sa Lumière, Il lui enseigne comment vivre en harmonie avec Dieu et Il lui inspire Sa guidance. Qu'il multiplie les actes qui effacent les péchés, qu'il demande assistance à Dieu, qu'il s'en remette à Lui, et qu'il chemine à la mesure de ses faibles forces : "Et quiconque marche sur le chemin, finira par arriver”.



UN MESSAGE D’ESPOIR 

Voilà le message de fond que nous devons toujours garder en mémoire. Voilà la perception que nous devons cultiver concernant Dieu et notre relation avec Lui. Dieu nous aime, Dieu nous a créés par amour, Dieu nous veut du bien. Avoir une bonne opinion de Lui, c’est avoir un bras droit inestimable dans ce chemin de vie, c’est une condition nécessaire au cheminement spirituel. 

Nous pouvons même aller plus loin dans ce message d’espoir et de libération. Car il est même possible de transformer les péchés en bonnes actions : lorsqu’après avoir effectué notre retour vers Dieu, on se tourne vers les autres pour leur partager notre expérience à des fins préventives, pour leur montrer que l’on a vécu des miracles, que l’on a survécu au péché, et que eux aussi, ne doivent pas désespérer de l’Amour Divin. Le souci pour l’autre, c’est la clé, et en ce sens, tout peut être positif au final, si l’on nourrit en soi le souci prophétique, le souci pour toute l'humanité. 

Alors oui, il faut comprendre que l’on ne peut retrouver exactement ce qui a été perdu. Et il est peut-être temps de faire le deuil de nos illusions, de notre idéal de virginité et de perfection pour enfin accepter notre état d’êtres humains faillibles qui ne peuvent accomplir quoi que ce soit par eux-mêmes. Et Dieu nous le dit : un nouveau départ est toujours possible car Sa Grâce est Infinie et Il est Capable de toute chose, rien n’est trop grand ou impossible pour Lui... 

Que Dieu nous protège des illusions de nos egos et qu’Il nous pardonne chacun de nos péchés et nous permette d’en faire des tremplins pour s’élever encore plus haut.

 


Enseignement donné en 2020

Vous aussi, devenez un acteur de cette réconciliation intégrale et un investisseur de ce projet par vos prières et vos dons à l'Institut Ha-Mim.
Soutenir l'Institut Ha-Mim

Restez connectés à nos publications !