L'effort sur soi, une condition à la métamorphose

agir spirituel développement de conscience développement spirituel se développer en tant qu'être humain à la recherche du bonheur Apr 25, 2021

 

Le Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui) a dit que rien dans la religion ne peut être expliqué ou dit sans être sous la bannière de “ittaqullah” communément traduit par "craignez Dieu".

“Ittaqullah” signifie en réalité bien plus que cela. Cela veut dire "vois Dieu, sois sincère dans ta recherche de Dieu, sois sûr de vraiment rechercher Dieu, sois sûr de mettre tous tes efforts dans la recherche de Ton Seigneur. »

Ainsi, l’une des significations de "taqwa" est justement l'effort (mujahada), le fait de s’efforcer à faire les choses. Il est nécessaire que nous apprenions à fournir cet effort, car il s’agit d’une partie de notre religion, une des conditions de notre élévation spirituelle.

 

LA CRISE DE L'EFFORT

La crise que nous avons aujourd’hui vient du fait que les gens ne savent plus fournir d’effort. Beaucoup se laissent aller à leur humeur du moment : s'ils se sentent d’humeur à travailler, alors ils travaillent, s'ils trouvent de l‘énergie pour faire telle ou telle chose ils la font, mais s'ils n'en trouvent pas alors ils ne la font pas… Lorsqu'ils sont dans un état positif, se montrent aimables et sourient aux gens mais, dès qu'ils ne se sentent plus aussi bien à cause de telle ou telle difficulté, ils ne sont plus les mêmes, deviennent quelqu’un de désagréable…

Et cette attitude se rencontre même face à nos actes d’adoration : si untel a envie de lire le Qor’an, il va le lire, mais si l'envie n'est pas là, il peut rester dans l’attente que cette envie revienne pendant plusieurs jours, semaines, mois, voire même parfois  jusqu’au prochain mois de Ramadan lorsque Dieu nous envoie ce boost, cette énergie unique de ce mois béni, une énergie que même les hypocrites peuvent ressentir durant ce mois sacré, une énergie qui ne vient clairement pas de nous.

 

"Cet effort, cet investissement forge la personnalité, ouvre d’autres horizons, te fait grandir dans la connaissance de Dieu."

 

Ceci n’est pas le comportement de quelqu’un qui se souvient véritablement de sa relation avec Dieu. Si tu te soucies vraiment de ta relation avec Dieu, tu dois faire un effort sur toi-même dans cette direction et diriger ton énergie dans ce qui plaît à Dieu. Dieu a créé l'investissement, l'effort (jihad), non pas parce qu’Il ne pouvait pas nous créer parfaits, non pas parce qu’Il ne pouvait pas créer les conditions parfaites qui te paraissent être celles dont tu as besoin pour évoluer. Non, il l’a créé car cet effort, cet investissement forge la personnalité, ouvre d’autres horizons, te fait grandir dans la connaissance de Dieu. Forcez-vous dans la direction du Bien indépendamment de vos sentiments ou de votre état actuel !

Dieu parle des personnes qui connaissent Dieu (maˋrifin) dans le Qor’an. Il ne dit pas que ce sont des personnes qui ont fini par oublier le sommeil mais plutôt ils sont ceux qui s’arrachent de leur lit. Il ne faut pas croire que Dieu a fait en sorte qu’ils ne ressentent plus la fatigue, qu’ils n’ont plus besoin de dormir et qu’ils sont devenus des surhommes.

 

LA QUESTION DE L'ENERGIE

Bien sûr, il arrive des moments où vous vous sentez dans un état merveilleux, plein d’énergie. L’énergie humaine est naturellement bipolaire, elle oscille d’un extrême à un autre. Pour certains, la différence peut être spectaculaire alors que pour d’autres elle peut être plus petite. Chaque être humain va et vient entre ces deux états d’énergie, vous ne trouverez jamais quelqu’un qui vit un état constant de pleine d’énergie et de bonne humeur.

Lorsque vous vous trouvez plein d’énergie et de motivation, profitez de ce moment pour investir pour les moments de fatigue qui viendront après. Prenez cette opportunité pour construire une véritable relation avec Dieu, pour vous engager sincèrement et complètement avec Lui. Signez un contrat d’amitié avec Lui avec la conscience que si vous manquez à Ses rendez-vous, Il finira par vous oublier.

Le Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui) nous rappelle que, quoi que nous fassions, quoi que nous sommes en train de nous efforcer à faire, nous finirons par le retrouver auprès de Dieu.

 

"Lorsque vous vous trouvez plein d’énergie et de motivation, profitez de ce moment pour investir pour les moments de fatigue qui viendront après." 

 

Dans un récit, il nous parle d’un croyant qui a construit une relation avec Dieu, qui prie toutes les nuits (tahajjud) et qui un jour se trouve fatigué, malade ou empêché d’une manière ou d’une autre de prier la nuit comme il avait l’habitude de le faire. Dieu envoie alors un Ange qui lui ressemble physiquement, qui récite le Qor'an avec la même mélodie que lui et qui prie à sa place. Il est dit que Dieu prendra en compte cette prière pour ce serviteur qui n’a pas pu se lever, parce qu’il avait cultivé une vraie relation avec Dieu, et un ami n’oublie jamais son ami dans les moments de difficultés.

Donc si vous voulez des actions qui ne s’arrêtent jamais, si vous voulez être toujours dans l’action, construisez une relation qui ne connaît pas de pause. Dieu vous enverra des élèves, des enfants ou tout autre personne qui prendront le relais et vos œuvres continueront de vivre éternellement.

Beaucoup d’entre nous ne font pas la différence et confondent gratitude et béatitude, réalité spirituelle et état de l’âme. Nous pensons que la gratitude se manifeste systématiquement par un état de béatitude, alors que la gratitude peut venir avec les difficultés et la peine. Elle nous permet de vivre et savourer Dieu dans la peine comme dans la joie.

 

La gratitude est une réalité spirituelle, un état de l’esprit, elle n’est pas un niveau superficiel. Elle ne cherche pas à enlever la peine, elle vient plutôt lui donner du sens et de la profondeur. La gratitude est une notion profonde, un savoir, c’est l’art de traiter avec Dieu. C’est une responsabilité, une action du cœur 

 

En réalité si nous lisons bien, à chaque fois que Dieu parle de la gratitude dans le Qor’an, Il la mentionne avec la peine et la difficulté. La gratitude est une réalité spirituelle, un état de l’esprit, elle n’est pas un niveau superficiel. Elle ne cherche pas à enlever la peine, elle vient plutôt lui donner du sens et de la profondeur. La gratitude est une notion profonde, un savoir, c’est l’art de traiter avec Dieu. C’est une responsabilité, une action du cœur alors que la béatitude n’est pas une action, c’est quelque chose de doux, de beau que Dieu t’a offert pour t’encourager, mais dont tu ne dois pas devenir dépendant et qui ne peut pas définir ta relation avec Dieu. Il ne faut pas que tu penses que “si je ne ressens pas cette béatitude, c’est que je ne suis pas dans la gratitude”.

 

"La béatitude n’est pas une action, c’est quelque chose de doux, de beau que Dieu t’a offert pour t’encourager, mais dont tu ne dois pas devenir dépendant et qui ne peut pas définir ta relation avec Dieu."

 

La gratitude, c’est continuer à avancer même si c’est douloureux. Le Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui) vivait cette gratitude dans la douleur : alors qu’il passait la majorité de ses journées à marcher et voyager à pied, il passait ses nuits debout à prier au point de fendiller la plante de ses pieds. Sa femme (que Dieu nous connecte à elle et à son héritage béni) vint alors à lui et lui demanda pourquoi il faisait tout cela alors que Dieu lui avait déjà pardonné tous ses péchés. Il lui répondit que, justement, ne devait-il pas être reconnaissant et exprimer sa gratitude envers Celui qui lui avait tout donné et l’avait tant honoré ?

Certes Dieu a pardonné les péchés de Ses Bien-aimés et de Ses amis, mais cependant la peine et la difficulté restent parce qu’à travers elles Dieu veut qu’ils accèdent à une certaine sagesse. Il faut que cet effort reste et cela même dans la prière. L’homme faible est un mythe, Dieu n’a jamais créé d’homme faible. Il a créé l’homme avec une force en lui. Soit il l’investit en Dieu soit il l’investit dans tout autre que Lui.

 

"L'effort, l'investissement est une condition à la transformation, à la métamorphose. Elle ouvre des portes vers un nouvel horizon, une nouvelle dimension. Dieu te fera renaître à nouveau par cet effort."

 

L’effort sur soi (moujahada), c’est apporter sa force et l’orienter dans la direction de Dieu. Et sache que si tu ne le fais pas, tu finiras par te brûler et brûler ton entourage par la même occasion. C’est pour cela que l'effort, l'investissement est une condition à la transformation, à la métamorphose. Elle ouvre des portes vers un nouvel horizon, une nouvelle dimension. Dieu te fera renaître à nouveau par cet effort.

______________________________________

Sermon de la Grande Assemblée de Vendredi, donnée à Ottawa et retransmise en ligne le 7 février 2020.

Vous aussi, devenez un acteur de cette réconciliation intégrale et un investisseur de ce projet par vos prières et vos dons à l'Institut Ha-Mim.
Soutenir l'Institut Ha-Mim

Restez connectés à nos publications !