Ramadan arrive, harmonisez-vous avec le Plan Divin au-delà de ce contexte si particulier

confinement ramadan vivre en harmonie avec le divin Apr 25, 2021

Mes chers frères et sœurs, que Dieu vous bénisse et bénisse vos assemblées. Que Dieu nous donne et vous donne Son Assistance, la synchronisation des cœurs avec l’énergie de l’Esprit, la lumière de Mohammed (Que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui). Que Dieu nous donne et vous donne le succès pour être avec Lui et pour être présents avec Lui. Que Dieu nous donne et vous donne la présence avec Lui et nous préserve et vous préserve de toute distraction.

Que Dieu nous donne et vous donne la synchronisation et la présence des cœurs afin que nous puissions goûter aux moments privilégiés avec notre Seigneur et comprendre qu’il n’y a que Lui qui est Maître du temps et de l’espace, Maître des temps et des espaces, Maître des moments et Maître des circonstances. Que nous puissions vivre avec la conscience que c’est Lui qui nous place dans un contexte bien déterminé et que c’est Lui qui crée ces contextes.

 

"Nous avons le choix du texte que nous voulons écrire et ce dans n’importe quel contexte que Dieu a voulu pour nous."

 

C’est Lui qui nous a créés dotés de cette capacité privilégiée, celle de pouvoir faire un choix, un choix qui nous responsabilise, un choix qui fait de nous des êtres conscients, des êtres qui ont une place privilégiée dans l’ordre de la création. Nous avons le choix du texte que nous voulons écrire et ce dans n’importe quel contexte que Dieu a voulu pour nous.

À travers le contexte dans lequel Dieu nous place, Il veut de nous que nous nous soumettions à Lui, ce qui veut dire vivre être dans l’acceptation de ce contexte, être dans le contentement de ce qu’Il a créé et pouvoir transcender ce contexte afin d’y lire et d’y découvrir le contexte plus profond que Dieu veut en réalité pour nous. Parce qu’il y a en réalité deux contextes dans chaque contexte, il y a deux niveaux, voire même parfois plusieurs niveaux de lecture : il y a d’un côté ce qui est apparent pour celui qui veut rester à un niveau de lecture et de compréhension assez superficiel et de l’autre côté, ce qui est caché pour celui qui recherche une lecture plus profonde et consciente du contexte.

Ces derniers jours, nous vivons tous un contexte commun, un contexte de difficultés, de confinement, de confusion, de grande épreuve (fitna), de grand chaos, de grande peur, un contexte où ceux qui veulent véritablement penser de manière intelligente doivent avoir peur pour l’avenir de l’humanité pendant que ceux qui pensent de manière plus limitée vont avoir peur pour leur santé. Mais, au-delà de tout cela, il y a un contexte que Dieu a placé et voulu avant la création de ce qui est en train de se passer, avant que ce contexte-là de confusion, de maladie ou de guerre ne se dévoile. Dieu avait créé pour ce même moment un contexte tout autre pour l’humanité, un contexte sacré.

Et c’est ce contexte sacré, celui que Dieu avait voulu pour nous avant que ne survienne cette situation dramatique, qui doit occuper une place beaucoup plus importante dans nos préoccupations. C’est ce contexte sacré qui doit nous préoccuper et nous intéresser plus que n’importe quel autre contexte qui ne sont que des contextes changeants, comme celui dans lequel nous vivons actuellement.

Dieu a créé les mois et leur a donné un nom. Le jour où Il a créé la Terre et les Cieux, Dieu a créé le mois de Ramadan et l’a nommé Ramadan et ce avant que la paix, la guerre, la famine ou tout autre contexte ne se dévoile ou ne se manifeste. Ainsi, Ramadan reste Ramadan et Cha'bane reste Cha'bane.

Et ces occasions et ces jours sacrés que Dieu a créés restent ceux qui doivent occuper une place dans l’esprit de l’être humain ainsi que dans ses priorités, une place permanente, qui ne change pas. Qu’ils soient dans un contexte de guerre ou de paix, d’isolation, de solitude, de confinement, ou de compagnie, dans un contexte de liberté ou dans un contexte de prison, le mois de Ramadan reste le mois de Ramadan, et toutes les vertus qui lui sont inhérentes y restent présentes de façon permanente.

Le croyant doit s’efforcer de trouver et de s’exposer à ces vertus et ces opportunités bénies et ensuite Dieu donnera à chacun proportionnellement à ses attentes. Et les attentes de l’être humain sont proportionnelles à son intelligence et à sa connaissance. Que Dieu fasse de nous et de vous des êtres dotés d’intelligence et de connaissance.

Certes, la venue du mois de Ramadan s’annonce dans un contexte qui n’est pas évident. Et il y a un acte d’adoration parmi les plus privilégiés qui s’offrent à nous dans ce contexte particulier : le sentiment de regret, un sentiment de tristesse profond qui doit déchirer nos cœurs. Je dis bien qu’il s’agit d’un acte d’adoration qui s’offre à nous dans ce contexte particulier.

L’être humain intelligent boit toutes les coupes que Dieu lui présente et ne cherche pas à court-circuiter le Plan Divin car Dieu veut travailler en nous des émotions différentes et des sentiments différents. Et c’est pour cette raison que Dieu nous impose ou nous place dans un contexte de privation, dans lequel on voit qu’une facilité nous a été enlevée.

 

"La Sagesse Divine nous enseigne qu’une facilité ne peut être enlevée sans raison, que si Dieu enlève une facilité, c’est parce qu’on l’a prise pour acquise. C’est parce qu’on ne l’a pas honorée, c’est parce qu’on a pas été reconnaissant, ou du moins que la majorité d’entre nous ne l’a pas été."

 

Parce que cette alliance horizontale, cette vie en groupe, cette vie en communauté était certes une facilité. Le croyant faible comme toi et moi, que ferait-il laissé à lui-même ? Lorsque nous sommes laissés à nous-même, nous sommes certes exposés à de mauvaises pensées, à nos démons intérieurs. Se développent alors plus de confusion, de doutes, de noirceurs, de paresse, etc.

Vous comme moi sommes habitués à cette facilité que Dieu nous a donnée. Et aujourd’hui, c’est le premier Ramadan qui s’annonce dans un tel contexte, que vous devrez vivre seul, sans bénéficier ni avoir accès à ce privilège, ce grand privilège d’alliance horizontale et de vie en communauté.

Avant de passer aux avantages que ce contexte peut révéler, il faut que le croyant qui se voit enlever une facilité dans sa vie prenne une pause. Il faut qu’il sente l’amertume, qu’il se donne une chance de pleurer, de regretter et de demander pardon. Car la Sagesse Divine nous enseigne qu’une facilité ne peut être enlevée sans raison, que si Dieu enlève une facilité, c’est parce qu’on l’a prise pour acquise. C’est parce qu’on ne l’a pas honorée, c’est parce qu’on a pas été reconnaissant, ou du moins que la majorité d’entre nous ne l’a pas été. Et même ceux qui se pensent reconnaissants ne l’étaient en réalité pas comme il le fallait.

Des moments de réflexion s’imposent, et je parle bien d’un acte d’adoration qui s’offre à nous dans ce contexte, et qu’il ne faut pas fuir. C’est une étape très importante, une étape qui va nous inviter à la repentance, à corriger notre relation avec Dieu. C’est une étape qui va nous inviter à nous remettre en question, à voir ce qui n’allait pas dans notre vie, ce qui n’allait pas dans ce contexte passé.

Pourquoi Dieu a-t-il enlevé cette facilité de nos vies ? Comment avons-nous traité le Ramadan auparavant ? Comment avons-nous traité notre communauté avant que tout cela n’arrive ? Comment avons-nous traité nos relations ?

Des questions que nous devons nous poser, des questions que l’être intelligent doit se poser. L’être intelligent qui sait que Dieu n’enlève pas une facilité, une faveur avant que ces gens ne changent leurs états intérieurs, avant que ces personnes ne tombent dans l’ingratitude. Que Dieu nous protège et vous protège.

Il nous faut honorer cette étape, ne surtout pas la court-circuiter : elle est une étape importante et primordiale. Sans passer par cette étape, on ne peut pas bénéficier de l’étape suivante. Après avoir honoré l’étape l’étape de regret de nos manquements des Ramadans passés, nos manquements par rapport à nos communautés, par rapport aux mosquées, à la vie communautaire, etc. Après avoir pensé à tout cela, vient le temps de penser :

"Certes avec la difficulté vient une facilité,
Certes se cache au cœur de la difficulté une facilité,
Certes dans la difficulté se révèle et se dévoile un moyen de connexion et d’attachement puissant et fort pour les êtres intelligents qui recherchent leur Seigneur au-delà des états et des contextes,
Certes, dans la difficulté se révèle et se dévoile en l’être intelligent qui recherche Son Seigneur sans relâche, une force et une intelligence qui transforment les difficultés en facilités, les faiblesses en forces et l’éloignement en rapprochement."
(traduction méditative, S. 94 - V. 6)

 

Bien que ce soit difficile et loin d’être évident, bien qu’il s’agisse certes d’un test, et, peut-être, d’une punition, d’une privation, il y a toujours une invitation à l’apprentissage, une invitation à y voir une sagesse, un avantage, un secret. Dans ce contexte difficile, seule la prière peut nous dévoiler le bien qui s’y cache. Il ne s’agit pas d’une réalité que l’on peut découvrir par notre propre intelligence.

La religion n’est pas quelque chose de théorique. Le secret de cette religion et le secret du moment ne sont pas des choses que l’intelligence rationnelle ou la connaissance de quelques informations à elles seules peuvent donner et dévoiler. Il faut beaucoup de prières, de méditation et d’introspection. Il faut travailler cette connexion avec Dieu, chercher cette alliance verticale avec Lui. Il faut s’allier à Lui, se positionner, se découvrir cette identité d’allié de Dieu et de Son Messager.

Il faut chercher sa place dans ce Cercle de Conscience éternel, chercher sa place dans le voisinage et dans l’entourage spirituel du Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui). Il faut que le croyant se positionne et se redéfinisse comme un allié du Prophète. Et là, il pourra lire, il pourra comprendre certains secrets de ce contexte et peut-être qu’il pourra y trouver des avantages, comme celui de transformer ce qui était une habitude ('ada) en adoration ('ibada).

Peut-être, que jusqu’à maintenant, nous vivions Ramadan comme une habitude, les prières de nuit du mois de Ramadan (tarawih), la célébration de la fin de journée de jeûne chaque soir (iftar) comme des habitudes. Peut-être que jusqu’à maintenant, nous avons vécu le fait d’aller à la mosquée comme une habitude. Et peut-être que le côté sacré, le côté de l’adoration, de transaction avec Dieu, l’art de composer avec Dieu n’était pas vraiment présent dans nos têtes et dans nos cœurs.

 

"Il faut chercher sa place dans ce Cercle de Conscience éternel, chercher sa place dans le voisinage et dans l’entourage spirituel du Prophète (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui)."

 

Finalement, on faisait ces choses-là juste par habitude, par routine. On prenait cela pour acquis et même si Dieu, dans Son Amour Inconditionnel, nous donnait accès à des sentiments de joie et même de béatitude, des sentiments profonds parfois, ce n’était pas suffisant. Cela ne faisait pas de nous des serviteurs sincères et reconnaissants. Peut-être que, celles et ceux qui veulent vraiment se connecter à l’esprit de Ramadan, qui honoreront la compagnie qu’ils n’ont pas pu honorer jusqu’à présent en la regrettant, en regrettant de l’avoir maltraitée, c’est peut-être grâce à cette première étape de nostalgie qu’il ne faut pas court-circuiter que Dieu va remplacer cette compagnie par une meilleure compagnie : celle des Anges qui eux, ne connaissent pas de lois d’isolation ou de confinement.

Les Anges entrent dans toutes maisons sauf celles où se trouve le chien de la colère et du désir, le chien qui aboie pour tout et pour rien, ainsi que celles dans lesquelles sonne la cloche du manque d’harmonie avec Dieu (shirk).

Les demeures des croyants visitées par les Anges sont celles qui sont pures ou en voie de purification et qui s’apprêtent à recevoir cette présence angélique. Car les croyants qui pensent aux Anges et qui cherchent leur compagnie savent qu’avec les Anges, le goût de la lecture du Qor’an, du jeûne et des prières de nuit sera nettement meilleur et beaucoup plus élevé.

J’ai eu l’honneur de rencontrer des frères et sœurs en prison qui ont dû passer pour certains huit ans de leur vie non seulement en prison mais dans une situation d’isolement, et qui ont passé plusieurs Ramadan dans un état que vous ne pouvez même pas imaginer. Avant de parler avec eux, je pensais que ces personnes n’avaient peut-être pas accès aux secrets et à la beauté de Ramadan.

J’ai alors essayé de convaincre l’administration pénitentiaire de leur donner ne serait-ce que des dattes pour leur rappeler le contexte culturel de Ramadan. Mais, un frère m’a dit : "moi, je n’ai pas besoin de dattes pour me rappeler de Ramadan, je n’ai pas besoin de tout ce contexte culturel pour me rappeler de Ramadan. Je le sens rentrer lorsqu’il fait son entrée. Et même lorsqu’ils m’ont privé de calendrier pendant un an, et que je ne pouvais pas connaître la date du début du mois, j’ai pu saisir et voir la Lumière de Ramadan entrer dans ma cellule. J’ai senti la présence de Ramadan."

Effectivement, il y a un état spirituel qui transcende tout. Il y a une connexion avec les jours de Dieu, avec ces occasions qui transcendent tout, et c’est cela que nous devons rechercher.

Que Dieu nous donne et vous donne cette intelligence.
Que Dieu nous donne et vous donne ce succès de pouvoir trouver ce secret.
Que Dieu nous donne et vous donne le pouvoir de transcender le contexte apparent pour accéder au véritable contexte voulu par Dieu dans lequel Il veut que nous agissons et évoluons.
Que Dieu nous permette de trouver le véritable plan par rapport auquel nos actions doivent être définies. Le plan des jours de Dieu. Le plan permanent que Dieu a créé pour nous avant la création de ce contexte qui change tous les jours. Le plan des appellations des mois que Dieu a créés avant même la création de ce contexte-là. Dieu veut que l’on définisse nos actions par rapport à cela.

__________________________

 

Enseignement extrait de la Grande Assemblée du vendredi précédant le mois de Ramadan 2020 donné en ligne, depuis Ottawa.

Vous aussi, devenez un acteur de cette réconciliation intégrale et un investisseur de ce projet par vos prières et vos dons à l'Institut Ha-Mim.
Soutenir l'Institut Ha-Mim

Restez connectés à nos publications !