Faire durer le printemps

bâtir une conscience collective et une culture saine conscience/science marcher dans les pas des maîtres de la conscience vivre en harmonie avec le divin Nov 08, 2021

 

 

Rabi’ al-Awwal (littéralement : “premier printemps”) est le mois où nous célébrons le début de la lumière et de la vie, la naissance de la Guidance, la naissance du Messager de Dieu (que la Lumière de Dieu continue de nourrir son être et de renforcer notre connexion à lui). Il était le premier printemps : la première vie après l'obscurité. Et par la Grâce de Dieu, le printemps ne se termine jamais… Il nous est servi coupe après coupe sans qu'il n'y ait jamais de fin.

Rabi’ ath-Thani (littéralement : “deuxième printemps”) est le mois qui vient juste après Rabi’ al-Awwal. Il s'agit du deuxième printemps, du mois de la célébration des Amis de Dieu (awliya), durant lequel ils nous sont parvenus. Ils apportent la seconde floraison de la Grâce, et en effet, il se trouve que beaucoup d'entre eux sont venus au monde ou l’ont quitté en ce mois, eux qui représentent la renaissance de la Guidance dans chaque génération bénie par leur présence. 

Un de ces Amis de Dieu, sidi Abdelqader al-Jilani (que Dieu nous connecte à son héritage) nous a donné cette parabole : "lorsque tu viens au monde, les personnes qui t’aiment effectuent un rituel spécifique, comme nous l’a enseigné le Guide (que la Lumière de Dieu continue à nourrir son être et notre connexion à lui). Ton père ou ta mère chuchotent délicatement à tes oreilles l'appel à la prière et ce sont les premiers mots que tu entends lorsque tu viens au monde. Mais aucune prière n’est effectuée à ce moment-là. À l'inverse, à l'autre extrémité de ta vie, lorsque tu meurs, on célèbre ta prière funéraire pour laquelle aucun appel à la prière n’est prononcé."

 

 

Father, Baby, Portrait, Infant, Newborn

 

 

En substance, cela signifie que l'appel à ta prière funéraire a été lancé le jour de ta naissance. Ce qui vient entre les deux est ta vie, et elle est aussi courte que le temps qui sépare l'appel à la prière de la prière elle-même. En tant que personnes qui prient cinq fois par jour, nous avons cinq chances quotidiennes de constater combien ce temps est court...

De plus, les Enseignements du Prophète de Dieu (que la Lumière de Dieu continue d’illuminer son être et notre connexion à lui) nous apprennent que le temps d’attente entre l'appel à la prière et le début de la prière est un temps de préparation à la connexion à laquelle la prière nous invite : se préparer à rencontrer notre Seigneur.

Que se passe-t-il durant ce court laps de temps ? 

Durant ce temps si court, les rangs de ceux qui ont répondu présent à l’Appel de leur Seigneur à venir le rencontrer dans la prière et la méditation se forment. Si nous nous considérons être parmi ces personnes, nous devons alors répondre à l'appel qui dit : “Célébrez la connexion !” et venir nous aligner les uns avec les autres, le regard fixé devant nous, épaule contre épaule, bras contre bras.

Et en effet, toute cette vie est un moment destiné à nous aligner dans nos rangs, un moment qui nous permet d'apprendre à nous tenir correctement, avec la bonne attitude, à adopter le comportement qui convient devant Celui dont nous cherchons la Face. Toute notre existence est consacrée au fait d’apprendre à se présenter devant Lui, à Le rencontrer et à Lui parler de la manière dont Il veut que nous Lui parlions.

C’est ainsi que nous devons penser notre vie : courte, concise et précise.

 

LE PASSAGE DU TEMPS

Notre Créateur, Lui qui nous a créés ainsi que tout l'univers, nous a dit dans Sa Sainte Écriture adressée à l'humanité, que l'être humain est par nature, et par défaut, perdant, et non gagnant. La vie de l'être humain est conditionnée et soumise au passage du temps, ainsi, s’il ne prend pas position et refuse d'être dans l'agir, il se retrouvera inexorablement dans un état de déclin.

C'est ainsi : plus le temps passe, plus vous déclinez… à moins que vous ne fassiez un effort conscient pour résister à votre propre perte et que vous fournissiez des efforts pour éviter la chute. Et cela est valable pour tout.

Les gens qui se soucient de leur santé physique savent bien que la santé diminue avec le temps, cela s'appelle le vieillissement. C’est pourquoi ils ont des produits anti-âge, pourquoi ils se soucient de la nourriture qu’ils mangent et qu’il existe même une industrie de plusieurs milliards de dollars dédiée à la santé et à l’alimentation.

Les hommes d'affaires, les capitalistes et les PDG savent bien que jamais une entreprise ne se développera d'elle-même simplement en restant à ne rien faire et à laisser passer les jours et les mois. Si vous laissez une entreprise à la merci du temps, la productivité des employés diminuera, les ventes chuteront et vous commencerez à perdre des bénéfices.

Quant aux gens de la science de la connaissance de Dieu, ils comprennent qu'avec le temps, l'être humain risque de tomber dans un état d'inconscience de plus en plus profond, dans le véritable état de perte. L'inconscience est comme le dioxyde de carbone naturellement produit par les êtres humains : sans arbres pour fournir de l'oxygène, sans quoi que ce soit pour contrer le dioxyde de carbone, il augmentera plus vite que toute autre chose, tandis que la quantité d’oxygène diminuera.

Vous avez entendu l’expression «laissez le temps au temps», et bien en réalité, nous ne devons jamais laisser le temps au temps. Le temps ne transforme pas des ennemis en amis, au contraire, le temps transforme des amis en ennemis. Le temps ne répare pas. Le temps détruit. Le temps ne construit pas par défaut. Par exemple, si vous apportez des matériaux et les placez sur un chantier de construction, ce n'est pas le temps qui en fera une maison. Au contraire, le temps va user les matériaux et finira par les décomposer.

 

 

 

De la même façon, si vous voulez préparer un repas, ce n’est pas le temps en lui-même qui le fera. Vous devez réellement faire quelque chose, fournir un effort dans un laps de temps limité. Et cela vaut pour tout : si vous parvenez à préparer le repas, vous devez alors le servir. Et si vous ne le servez pas, ce n’est qu’une question de quelques heures avant qu’il ne devienne avarié.

Ce n’est qu’une question de temps. Voilà une notion sur laquelle il nous faut méditer.

Le passage du temps ne permet pas à l'humain de devenir un meilleur humain, juste comme ça. Ce n'est pas parce qu'un certain nombre de mois se sont écoulés que vous êtes devenu meilleur que vous n’étiez il y a quelques mois. 

Si on ne s'engage pas dans un exercice volontaire de renforcement de conscience, il est impossible d'atteindre la maturité nécessaire pour se présenter devant Dieu.. Personne n’a jamais vu des fous de 15 ans devenir sages à l’âge de 40 ans, simplement parce qu’ils ont vieilli. Cela demande des efforts. Cela exige un choix personnel et un engagement, une volonté de supprimer certains comportements et d'en ajouter de nouveaux. Ce sont des dossiers sur lesquels vous ne pouvez pas éviter de travailler.

Si vous les mettez de côté et ne les ouvrez jamais, vous découvrirez tôt ou tard que ces habitudes et attitudes font désormais partie de votre personnalité. Et c’est malheureusement la raison pour laquelle il existe tant d'adultes immatures.

Il y a des choses dans votre personnalité sur lesquelles vous devez travailler, des choses que vous ne pouvez pas confier au temps dans l'espoir qu'elles se résolvent d’elles-mêmes. Vous devez les affronter et leur faire face. 

Le problème est que nous voulons échapper à la réalité d'avoir à développer notre personnalité, nous voulons croire que le temps s'occupera de ce travail de notre propre développement personnel. Quelle réponse facile pour celui qui réalise qu'il a de mauvaises façons d'interagir avec le monde, ou qu'il pourrait travailler à devenir plus sympathique ou agréable à vivre.

La réponse facile à toutes ces réalisations est de dire : “je suis encore jeune”. Il faut être très prudent, car si vous n'abordez pas ces choses avant l'âge de 20 ans, elles viendront brutalement vous réveiller à l'âge de 40 ans. Et que direz-vous, alors ? Il vous faudra décider entre dire un “c'est trop tard maintenant” et vous trouver des excuses, ou vous retrousser les manches et commencer le travail chirurgical d'élimination des traits et comportements négatifs.

La vérité est que nous devons tous travailler sur nos dossiers liés à notre développement personnel dans cette courte fenêtre de temps que Dieu nous a donnée. Et c’est ce que Dieu nous dit dans la Sourate 103 qui est l'une des plus courtes, des plus concises et des plus condensées du Texte Sacré. Ainsi le sujet et la forme se reflètent l’un l’autre pour nous faire passer un message : le temps presse.

 

“Par le passage du temps,

L'être humain est par nature et par défaut en déclin progressif,

sauf ceux qui font preuve de courage en s'efforçant de placer leur confiance et leur foi en Dieu

Et qui s'efforcent Et qui s'efforcent de faire d'agir dans le bien avec intention et attention

Et qui s'appellent mutuellement à la Vérité

Et qui s’encouragent et se soutiennent les uns les autres à être fermement engagés et dévoués”.

 

La condition du temps étant un axe, une ligne, elle va par défaut décliner vers le bas, vers encore plus d'inconscience, sauf pour ceux qui se réveillent et qui s'engagent, qui commencent tout d'abord par placer leur confiance en Dieu, puis qui font de bonnes actions, puis qui regardent autour d’eux pour voir comment ils peuvent appeler les autres à faire de même, pour aussi les soutenir et les renforcer, et également être soutenus et renforcés par eux. Voici l'Appel Victorieux que Dieu nous lance, et voici également la recette pour vivre dans un monde dont la condition inaltérable est le passage du temps.

Chaque jour, une partie de nous meurt. Chaque jour, nous avons des choix à faire sur la façon dont nous allons passer notre temps. Et nous devrons rendre des comptes. 

 




 

QUE FAIRE DE CE COURT LAPS DE TEMPS 

Le Prophète de Dieu (que la lumière de Dieu continue à illuminer son être et notre chemin avec lui) nous a enseigné de manière approfondie et claire ce que nous devons faire durant ce court laps de temps qui a lieu entre l'Appel final à la prière (iqama) et le début de la prière méditative (salât). Il a dit :

 

وعن ابن عمر رضي الله عنهما, أن رسول الله ﷺ قال: أقيموا الصفوف وحاذوا بين المناكب, وسدوا الخلل, ولينوا بأيدي إخوانكم, ولا تذروا فرجات للشيطان, ومن وصل صفا وصله الله, ومن قطع صفا قطعه الله رواه أبو داود بإسناد صحيح

 

"Alignez vos rangs avec beauté, rapprochez-vous les uns des autres, rapprochez vos bras de ceux des autres et comblez les vides entre vous. Soyez malléables et flexibles entre les mains de vos frères. Ne permettez pas à Satan de s’interposer entre vous dans les rangs : tenez-vous en formation et ne laissez pas d’espace. Et sachez que celui qui comble une brèche pour en faire un seul rang sera uni à Dieu, et celui qui cause une rupture dans le rang sera séparé de Dieu.”

 

Et le Messager de Dieu (que la lumière de Dieu continue à nourrir son âme et notre lien avec lui) a également dit :

 

 “Laissez le frère qui a cette mission de redresser les lignes faire son travail” : laissez-le vous pousser doucement vers l'avant ou vers l'arrière. Ne soyez pas rigides, soyez plutôt dociles. Réagissez bien à ce contact qui vous invite à vous mettre à votre place. Soyez doux, soyez faciles à vivre dans cette expérience de préparation à rencontrer votre Seigneur. 

 

Malheureusement, j'ai vu des gens avoir l’air offensé d’être doucement replacés dans le rang. J'ai vu des gens résister et s'entêter, et même répondre à la personne qui s’efforçait de former de belles lignes droites et harmonieuses. Il est devenu culturellement acceptable de repousser leurs efforts, et ce même s'ils servent l'appel du Messager de Dieu (que sa lumière nous atteigne).

Maintenant, prenez un moment avec moi pour vraiment considérer le grand conseil que le Messager de Dieu nous donne au sujet de ce court laps de temps. Car notre vie est aussi courte, précise et précieuse que cela et, à la fin de cette courte période de temps, nous finirons debout, faisant face à notre Seigneur. Ainsi, si nous voulons comprendre la philosophie de la vie, si nous voulons savoir comment vivre cette courte période de temps que nous avons sur terre, nous devons nous tourner vers les enseignements prophétiques et les comprendre à un niveau profond et symbolique.

Car le simple fait de penser que le Prophète de Dieu dirait quelque chose qui n’a pas de sens profond serait un blasphème. Ce serait un blasphème, non pas au sens légal, mais cela revient à réduire le Prophète, lui qui est l'être humain le plus profond et le plus noble qui ait jamais existé. Ce serait mettre de côté la profondeur de son discours alors que nous tirons des significations profondes d’actes très simples et basiques venant d’hommes lambdas comme les philosophes par exemple, même chez ceux parmi eux qui n'ont aucune relation avec Dieu. Et le Prophète de Dieu, notre bien-aimé Mohammed, l’être le plus accompli qui ait jamais existé, serait lui à prendre uniquement au premier degré ?

Tout ce qu'il a dit, chacun de ses mots, est une parabole à interpréter d'au moins deux manières : dans un sens apparent et dans un sens symbolique plus profond. Ainsi, si vous voulez apprendre sa philosophie de la vie, son approche de l’existence, vous pouvez l'apprendre grâce à cet enseignement sur la création des rangées pour la prière de méditation ! Voici quelques réflexions que nous pouvons tirer de l'enseignement.

 

 

 

En nous disant de former des rangs droits, serrés et harmonieux, il nous dit de manière implicite : ne tombez pas les uns sur les autres, ne laissez pas vos rassemblements devenir simplement une accumulation d’individus entassés les uns sur les autres, ne laissez pas vos communautés se créer par défaut. 

Car la seule chose qui se construit par défaut en réalité, c’est une déchetterie ou une poubelle. Les gens ne réfléchissent pas quand ils jettent des choses, ce qui aboutit à la création d’un amas de matériaux mélangés les uns aux autres, sans aucun sens de l'harmonie ou de l'ordre. La communauté, au contraire, doit être basée sur l'harmonie et l'ordre. Et c'est dans cette configuration que le besoin communautaire se révèlera.

Un enseignement profond qui se trouve dans le conseil de «bien construire vos rangs» est de prêter attention au rang dans lequel vous vous trouvez et d'assumer la responsabilité de le rendre droit, beau et fort.

 

 

En tant qu'individus, on nous demande de développer notre position dans notre communauté, ainsi que de développer la communauté en elle-même : de prendre bien le temps de réfléchir avant de s’y présenter, et une fois que nous y sommes, de bien réfléchir avant de commencer une action. Comprenez que la façon dont vous vous tenez dans le rang affecte l’entièreté du rang. Si vous choisissez d'être le plus rebelle, de rester debout à un mètre derrière tout le monde, vous êtes en réalité en train de gâcher toute la ligne.

Alors ne venez pas simplement à la prière, à la communauté ou au service que vous offrez sans avoir une idée de ce vers quoi vous allez. Si vous agissez de cette façon, vous finirez par vous effondrer sur les autres autour de vous.

Imaginez des gens qui reposent entièrement les uns sur les autres, non pas de manière ponctuelle et bienveillante lorsque cela est nécessaire, mais de manière permanente, et dans un contexte de dépendance. Imaginez si chacun pense que c’est l’autre à côté de lui qui doit prendre le relais et s’occuper de tout quoi qu’il arrive. Avec cette approche paresseuse, les gens finiront par tomber les uns sur les autres avec toutes sortes de besoins et de désirs que personne d'entre nous ne peut satisfaire, des choses que Seul Dieu peut satisfaire. Cela ne formera jamais un rang... mais plutôt un fouillis désordonné.

Quand l’Appel à la prière retentit, chacun devrait être capable de se lever sans compter sur son frère pour l'aider à se mettre ou à rester debout. Au contraire, chaque personne doit se lever et se tenir debout de son propre chef, avec sa propre force prête à recevoir et à se mettre au service de son Seigneur. En faisant cela, chacun se trouve en harmonie avec son frère ou sa sœur, car tous font la même chose. Les gens ne comptent pas sur les autres pour tenir en équilibre parce qu’ils ont déjà trouvé leur équilibre avec et par Dieu.

Je n'entre pas dans la communauté parce que j'ai besoin d'être validé ou parce que j'ai besoin d'avoir une vie sociale. Je ne viens pas parce que je dois répondre à un besoin social ou pour résoudre une crise sociale. Si je viens avec l'attitude de celui qui est perdu lorsqu’il est seul, ou qui a besoin d'être avec les gens pour se sentir plus rassuré, alors ce ne sera pas sain. Ce n’est pas ainsi que nous construisons des communautés. Nous disons plutôt :

Travaille sur toi-même avant tout pour construire une vraie relation avec Dieu. Sois ferme et ne t’agite pas dans tous les sens. 

Une fois que tu as effectué ce travail, viens joindre ta force à celle des autres pour renforcer les rangs et le camp des personnes de conscience.

Comprends tout d'abord que chaque moment de l’existence est soit une prière de méditation (Salât), soit une lutte, un investissement (jihâd). Voilà ce qu’est toute cette vie, c’est être perpétuellement entre ces deux sens, entre ces deux états.

Et pour les deux, nous avons besoin d’être alignés. Pour cette raison, vous devez apprendre à construire des rangs bien alignés, bien droits. Il y a un effort à faire, une tâche à accomplir, une culture du “tenir droit” à construire, une culture de soin de l’apparence de votre rang. C'est votre travail dans la vie. Vous pouvez le faire, et vous devez le faire.

Vous ne pouvez pas simplement commencer l'investissement ou la prière comme ça, en utilisant n'importe quelle vieille formule. Non. Certaines personnes ont besoin de s’avancer un petit peu, d’autres doivent reculer d’un pas. L’un doit faire un mouvement vers la droite, l’autre doit faire un pas à gauche. Pour tous, il y a un travail à faire, un effort à fournir.

 

 

COMMENT CELA S'APPLIQUE À LA VIE COMMUNAUTAIRE

Avant d'ouvrir une entreprise ou un commerce, il est nécessaire de bien prendre le temps de réfléchir et de tout étudier. Alors, que dire de ce projet sacré de développement communautaire ? Lui aussi doit être réfléchi, planifié et respecté. Et pour que cela fonctionne, chaque membre de ce projet doit être indépendant dans le sens de ne pas avoir à compter sur les autres pour faire son propre travail. Voilà, mes amis, ce que signifie être “équilibré”. La communauté n’est pas là pour vous équilibrer, elle est là pour vous aider à marcher, à ne plus rester figé et immobile.

Ainsi, lorsque vous entrez dans une communauté, vous devez déjà être capable de tenir debout par vous-mêmes, et être prêt à marcher ! Si vous n’arrivez pas à tenir debout, asseyez-vous. Et dans ce cas-là, si vous êtes contraint de rester assis, ne vous placez pas au milieu du rang.

 

 

 

 

C’est exactement ce qui se passe dans les rangs de la prière : ceux qui prient assis doivent être aux extrémités du rang, sur des chaises ou à genoux. Ils prient à l'arrière ou sur le côté. On ne peut pas juste occuper une place dans la ligne si l’on sait qu’on ne va pas tenir debout, ni s'asseoir, et penser que l’on va s'appuyer sur les frères à gauche et à droite et leur tomber dessus lorsqu’ils s’inclineront. On ne peut pas agir ainsi, que ce soit au sens propre comme au sens figuré. L'équilibre de votre vie est votre propre mission personnelle. Les frères à côté de vous ne peuvent pas être vos béquilles. La communauté n'est pas là pour ça. La communauté est là pour vous aider à marcher, pas pour vous aider à apprendre à tenir debout.

La communauté est une caravane, et nous sommes tous en voyage. Nous ne sommes pas un endroit pour ceux qui souhaitent venir s'asseoir et se détendre. Si vous voulez intégrer une communauté, vous devez être prêt, vous devez vous tenir debout avec les moyens dont vous disposez, et à partir de là, le travail de la communauté est de vous aider à continuer à marcher.

“Rapprochez-vous”. dit le Guide. Il continue dans une version : “rapprochez vos bras les uns des autres. Et dans une autre version : “gardez vos têtes proches les unes des autres”.

Et j'aime les deux expressions, car la signification symbolique est claire : soyez amis, étreignez-vous, soyez proches les uns des autres. Pratiquez le rassemblement social. Rassemblez-vous, rendez-vous visite, travaillez ensemble, minimisez la distance entre vous. Ne laissez pas de vide. Ne laissez pas d’espace à Satan pour se faufiler.

Si vous avez fait une erreur, dites “je suis désolé”. Tout simplement, dites-le. Et dites-le le plus tôt possible. Ne laissez pas d’espace et ne laissez pas l’autre personne penser : “Que s’est-il passé ?” puis la relation est détruite avant que vous ne trouviez le courage de dire : “Je suis désolé”.

 

"L'équilibre de votre vie est votre propre mission personnelle. Les frères à côté de vous ne peuvent pas être vos béquilles."

 

Si vous ne vous rendez pas visite, si vous ne vous appelez pas, vous laissez un vide. Les gens deviennent alors froids et perdent cette flamme d'amour qu'ils avaient autrefois, cette flamme d'amitié. Satan (que Dieu nous protège de son mal) s’infiltre dans les vides que vous laissez de manière mécanique, automatique. La seule chose que vous avez à faire pour que cela se produise est de laisser ce vide.

J'entends souvent les gens dire quand je leur demande s'ils ont contacté tel ou tel ami ou membre de la communauté : “Oh, je ne voulais pas le déranger”. Est-ce que cette raison est vraiment valable pour ne pas appeler quelqu'un ? Pour ne pas lui rendre visite ? Parfois, cette même raison est utilisée pour ne pas se donner la peine de dissiper un malentendu ou de demander conseil. Imaginez la façon dont Satan vous fait trouver une excuse qui vous fait paraître être quelqu’un de bien : une personne si gentille qu’elle ne veut déranger personne.

En réalité, vous laissez juste un créneau grand ouvert ouvert pour que Satan passe et joue avec votre frère ou votre sœur, le retournant contre vous. Ne faites pas cela, écoutez le Prophète (que Dieu nous connecte à son être et à sa lumière) qui vous guide en vous disant : “ne laissez pas d’espace” ! Écoutez sa guidance bénie :

 

“Soyez doux et délicat, soyez gentil et perméable avec vos frères et sœurs. Laissez vos frères vous corriger, vous montrer comment faire les choses qu'ils savent mieux faire que vous. Soyez perméable à leurs conseils et à leur assistance. Ouvrez votre cœur au bien”.

 

Laissez votre sœur vous corriger. Oui, laissez votre sœur vous corriger, même si vous êtes un frère. Le Messager de Dieu, notre Guide a dit :

 

“Il n'y a rien de bon chez un peuple qui n'a pas l'habitude de se conseiller. Et il n'y a rien de bon chez un peuple qui n'a pas l'habitude d'accepter les conseils les uns des autres”.

 

Laissez votre frère vous aider à trouver votre place. Et laissez votre frère «vous remettre à votre place». En français, c'est une expression négative, mais si vous supprimez cette connotation et que vous l'écoutez à nouveau, vous reconnaîtrez sa valeur. Nous devons être “remis à notre place”, afin de ne pas nous étaler partout autour. Mettre les choses à leur place est ce que nous apprenons à nos enfants. C’est ce que font les personnes qui travaillent dans un laboratoire pour que la personne suivante puisse trouver le matériel dont elle a besoin. 

Nous aussi, nous sommes des instruments de Dieu qui doivent être mis à notre bonne place, à notre bon endroit afin que nous puissions être les plus efficaces et ne pas être endommagés. Car si vous placez une pièce au mauvais endroit dans un système, elle peut soit l'endommager soit finir elle-même endommagée. Au mieux, le système ne fonctionnera pas bien.

Nous avons besoin d’être remis à notre place afin de pouvoir travailler efficacement, afin de pouvoir marcher correctement, afin de pouvoir agir pour de vrai et non pas prétendre que nous sommes en train d’agir alors qu’en réalité toute la caravane est bloquée à cause de notre mauvais positionnement.

Le fait de laisser l’autre vous aider à vous positionner renforce le rang, comme il est dit dans la narration :

“Et quiconque renforce un rang, Dieu le renforcera et le connectera à Lui. Et quiconque brise un rang, Dieu rompra avec lui”. Et “quiconque brise un rang” signifie :

  • celui qui interfère entre deux personnes qui s'aiment,
  • celui vient briser un groupe de personnes qui construit un projet de développement communautaire pour l'amour de Dieu,
  • celui qui vient détruire une relation ou un bon projet en répandant des doutes et des problèmes.

 

C’est Dieu Lui-même qui prendra soin d'un tel profil de personne : Dieu le fera taire. Dieu brisera sa démarche et le brisera en mille morceaux, parce que mener une guerre contre un projet de Dieu, c'est mener une guerre contre Dieu. Faire la guerre aux gens simples qui choisissent de ne pas se contenter de se trouver des excuses est un acte si mauvais. Des gens simples qui n'abandonnent pas leur lutte et qui refusent de penser que puisque les circonstances sont mauvaises, autant laisser tomber et ne même plus essayer de venir s’aligner dans le rang. 

Bien que les circonstances soient mauvaises, bien que les temps soient difficiles, ces personnes ont néanmoins tenu à fournir des efforts et à poursuivre les projets communautaires de façon innovante. Ils le font même s’ils n’ont pas beaucoup de moyens, même si leur énergie et leur temps sont en deçà de ce qui est nécessaire. Essayer de défaire les efforts de ces personnes limitées qui, malgré leurs limites, s’efforcent à honorer leur engagement, c'est travailler contre Dieu lui-même.

Donc, quand nous vous disons que celui qui mène une guerre contre nous, Dieu fera la guerre contre lui, ce n’est pas parce que nous sommes spéciaux. Au contraire, c’est simplement parce que nous sommes faibles, pauvres et limités. Quiconque travaille pour Dieu, même s'il est pauvre et limité, Dieu le protégera, et plus encore s'il est vraiment pauvre et limité ! 

C'est de cette façon que je nous vois, nous les gens de cette époque qui souhaitons du bien aux autres : nous ne sommes pas des professionnels, nous ne sommes pas extrêmement intelligents, nous n'avons pas beaucoup d'argent ni de pouvoir, nous manquons de liens sociaux… Nous sommes pauvres, en fait, des personnes très vulnérables et très fragiles. Quand je regarde les uns et les autres, c'est ce que je vois. Chacun de vous se trouve quelque part dans un projet de développement communautaire très vulnérable et fragile, comme une toute petite plante.

 

Terre, Germer, Feuille, Durabilité

 

Voilà pourquoi je crois que nous sommes sous la Protection Bienveillante de Dieu et que je pense que celui qui veut jouer avec ça... mon Dieu, cela revient au même, c’est aussi détestable que de maltraiter un enfant. Même dans la société d’aujourd’hui, quand une personne commet un crime contre un adulte, elle est détestée et condamnée, mais si une personne commet le même crime contre un enfant, elle est abhorrée.

Que Dieu nous protège et vous protège. Puisse-t-Il nous accorder Sa Grâce Lumineuse qui nous permettra de vraiment comprendre ces messages et ces enseignements. Et puisse-t-Il nous faire comprendre que le travail que nous devons accomplir est de construire nos vies et de bâtir des communautés pour Lui, et non pas venir nous jeter les uns sur les autres dans le chaos. Ce que l’on doit faire est simple : se réunir pour marcher, avancer et cheminer ensemble. Répondre à l'appel, se présenter, s’aligner et se laisser placer de la meilleure des façons, afin de rencontrer Dieu.



POURQUOI CRÉER UNE COMMUNAUTÉ ?

Si nous méditons sur la sourate 103, c'est comme si nous pouvions entendre Dieu nous dire :

“Par le temps qui passe,

par défaut, l'être humain tombe dans l’inconscience,

sauf ceux qui prennent la décision de travailler de manière consciente sur eux-mêmes, qui s'investissent dans le développement de leur conscience

Et qui s’appellent mutuellement à la Mission Divine que cela représente et à la Vérité que cela exprime,

Et à travailler, à s'entraider dans ce travail de développement personnel en se soutenant les uns les autres pour cheminer ensemble”

 

La philosophie de cette vie est d'établir une communauté saine et consciente pour l'amour de Dieu. Lisez le Qor’an : vous trouverez cette notion encore et encore. Voilà ce qu'est la vie : "Je n’ai créé les humains et les djinns uniquement pour qu’ils M'adorent". Regardez comment le Seigneur nous parle. Même dans la structure grammaticale de cette phrase, Dieu nous rappelle que nous sommes des communautés, nous ne sommes pas des individus isolés.

Notre rôle et notre devoir est de créer des communautés où l’adoration et dévotion au Seigneur, nos moyens d’expression et de cultivation d’appartenance à Dieu (ibada), est à la fois facile et facilitée.

Voilà l’objectif de cette existence terrestre : il s’agit de construire des communautés pour Dieu, au Nom de Dieu. C’est la raison de notre présence ici sur terre. C’est pourquoi Dieu a permis que l’on se parle entre nous, que l’on puisse se regarder, s’inviter et se rendre mutuellement visite. C’est aussi pour cela qu’Il a permis aux hommes et aux femmes de se marier.

Individuellement, chacun de nous est appelé à établir une vraie connexion avec Dieu et à vivre sa vie dans la conscience de son appartenance à Lui. Puis, à un niveau collectif, chacun de nous est appelé à contribuer à la construction d'un cercle de développement de conscience. Et c'est là le but et la définition de la notion de “communauté”.

D’un côté, il y a la Science Divine (wahi). Et en nous, se trouve la conscience (wa’i), qui est le réceptacle dans lequel nous pouvons recevoir cette science. La science et la conscience créent ensemble le récipient plein et bien rempli, ce qui est notre mission dans cette vie, le but même de cette existence. Chaque personne doit se préparer comme un récipient à recevoir, car une partie de la Science divinement révélée s'adresse à l'individu.

Or, une autre partie entière de la science (au moins 50%) ne peut se pratiquer, se vivre et se mettre en œuvre si l’on est seul, car elle s’adresse à un groupe de personnes. Elle vient instruire et aider le groupe, elle doit être exprimée par le groupe, et vous ne pourrez jamais y accéder si vous ne vous réunissez pas en groupe.

Comment recevons-nous cette science au niveau individuel ? Il nous faut préparer un réceptacle, que l’on doit imaginer en forme de cercle, dans notre cerveau et dans notre cœur. Nous devons ouvrir nos cerveaux au niveau rationnel et nous devons ouvrir nos cœurs au niveau émotionnel. Nous devons nous ouvrir de tout notre être pour recevoir Dieu dans nos vies.

 

 

 

 

Nous devons travailler sur notre conception et nos perceptions du Divin. Notre fonctionnement rationnel doit avoir une bonne conception de Dieu. L'aspect mental, lui, doit avoir une bonne perception de Dieu, une bonne image. Et le cœur doit avoir une bonne réception de Dieu. Pour que notre cœur puisse bien recevoir Dieu et s’ouvrir émotionnellement, il faut au préalable que votre partie rationnelle se base sur une conception correcte et que votre aspect mental ait une bonne perception de Lui : une façon positive de L’imaginer et de Le concevoir, et aussi d’interpréter Ses interactions avec vous.

Dans un second temps, nous devons aussi construire une communauté, un réceptacle collectif, une conscience collective qui recevra la confiance et l'héritage de la Science Divine.



L'HONNEUR

Dieu nous dit : “Vous avez été offert à l'humanité comme la meilleure communauté” !

Notre Bien-aimé Prophète est venu et nous a légué cet héritage. À qui l'a-t-il passé ? Ne me dites pas Abu Bakr, ne me dites pas ‘Othman, ne me dites pas ‘Omar. Ne me dites même pas ‘Ali non plus.

Car c’est toute la Communauté (oumma) de Mohammed en elle-même qui est l'héritier prophétique. Cette foi, cet héritage à porter, n’est la propriété d’aucun savant ou homme de Dieu en particulier. Il s'agit d’un héritage collectif qui revient à la Communauté entière, qui n’est autre que toute l’humanité. Et c’est pour cela que tous les vrais savants ont travaillé à construire une communauté autour d'eux, afin de préparer ce réceptacle collectif à recevoir la Science Divine, et aussi parce qu'ils savent que la responsabilité de recevoir et porter cette Science ne leur revient pas à eux seuls exclusivement. 

Pour devenir un contenant sain en tant que communauté, une attitude collective et un certain type de relation entre ses membres sont nécessaires. Il y a une dynamique de groupe à former qui doit se construire petit à petit. Si nous n’y parvenons pas, nous lirons l'héritage comme une belle histoire et nous ne pourrons jamais la vivre.

Que Dieu nous protège et vous protège d'un tel résultat. S'il vous plaît, alignons nos rangs et cessons de tomber les uns sur les autres et de rejeter la responsabilité de notre désordre et de notre manque d’alignement sur les autres.

Cessons de nous blâmer les uns les autres, cessons de nous effondrer et de nous attendre à ce que tout le monde accoure vers nous pour nous remettre en place. Ce n’est pas à cela que sert la communauté, au contraire, agir de la sorte revient plutôt à consommer et gaspiller une énergie sacrée. Et Dieu Tout-Puissant ne vous a pas donné accès à cette énergie pour que vous puissiez la consommer et la gaspiller. Les gens de Dieu vous construisent aujourd'hui et vous détruisez le travail qu’ils ont fait sur vous le lendemain ou parfois le jour-même ! Et vous vous attendez à ce qu'ils viennent vous réparer à nouveau... Nous sommes des compagnons dans ce voyage : nous devons chacun porter notre propre poids.



ACCORDEZ VOS PAS

Si vous ne vous engagez pas dans la prière de méditation, personne ne peut le faire à votre place. Si vous ne parlez pas à Dieu, personne ne parlera à Dieu à votre place. Si vous ne prenez pas activement part à votre exercice de développement de conscience, personne ne le fera à votre place. Et ce même si tout le monde prie pour vous… 

 

Récolte, Légumes, Nourriture, Nature

 

Quand vous dites aux gens : “priez pour moi”, c’est comme si vous leur disiez : apportez-moi de la nourriture. Nous pourrions vous apporter l’équivalent d’un supermarché entier de nourriture, si vous n’ouvrez pas votre porte, toutes ces bénédictions pourriront à l’extérieur. Et finalement vous vous plaindrez en disant : "qui a posé ces ordures devant ma porte ?"

Même si les gens prient pour vous, vous êtes toujours le seul à pouvoir recevoir, le seul à pouvoir décider de vous lever pour ouvrir votre cœur. Si vous êtes sincères, Dieu vous enverra de l'aide, mais c’est à vous de faire ce premier choix : celui d’ouvrir la porte de votre cœur pour recevoir son aide.




REMÈDE DE GRAND-MÈRE

Mon cher frère, ma chère sœur, le conseil que je vous donne ici et maintenant est frais et chaud, comme un bon vieux remède de grand-mère. Si vous le prenez maintenant, ce sera un médicament. Si vous le laissez de côté en prétextant que vous n’êtes pas prêt à écouter ce message maintenant, que vous voulez juste encore profiter de quelques moments d’inconscience ou de votre jeunesse, que vous pourrez l’écouter demain ou la semaine prochaine et que là, vous avez plus important à faire, que vous ne souhaitez que rester dans votre bulle (d’inconscience) et méditer, alors vous manquerez cette nourriture fraîche qui a la capacité de vous construire et de vous guérir. Parce qu’il s’agit d’un nouveau cadeau que Dieu vous offre.

Vous avez envie de méditer dans votre bulle, plutôt que d'écouter les conseils qui viennent frais ? Alors, laissez-moi vous demander : qu'est-ce que la méditation pour vous ? Il est possible que vous adoriez les images de votre méditation et de votre dévotion. Que vous adoriez votre propre image. Que vous adoriez l'image de la méditation. Il est fort probable que vous viviez dans les images. Car tant que vous restez coincé dans votre interface du mental, cela fait de vous un adorateur d'idoles. 

Le mental ne voit que des images. Même en ce qui concerne Dieu, c'est à ce maximum que notre fonction mentale peut nous amener, à une image de Dieu. Certes, il est nécessaire d’avoir une bonne image de Dieu, mais au final, ce n’est qu’une image, ce n’est pas la Réalité de Dieu, qui est un Dieu bien Vivant ! Vous ne pouvez pas vivre avec cette image, car ce n’est pas la Réalité. Vous devez être capable d'aller plus loin et d'expérimenter Dieu à travers votre cœur.



AGISSEZ MAINTENANT

Cet enseignement que vous êtes en train de lire est frais. C'est une chose à laquelle vous devez ouvrir votre cœur au moment où vous la recevez et l'utiliser pour réparer ce qui ne va pas à ce moment précis. Traitez la maladie avec, n'attendez pas. Vous ne savez jamais quand il sera trop tard. La lecture de cet article n’est pas un simple exercice mental. Ne fermez pas votre cœur à cette lecture. Apportez le médicament à vos lèvres, et buvez, prenez-le pour qu'il fasse effet.

Qui d’entre vous n’a pas un stock de médicaments périmés que vous jetez chaque année ? Chaque année, votre stock de vitamines et de médicaments finit à la poubelle. Cet oméga 3 ou ce fer, si vous l'aviez utilisé lorsqu'il vous avait été administré, quand il était frais et bon il y a six ans, peut-être que ce problème d'anémie ou de dépression que vous avez maintenant aurait disparu et que vous seriez confronté à de tous nouveaux problèmes. 

 

Pilules, Médicament, Ordonnance

 

Car les problèmes ne sont pas le problème, vous savez. Ce n’est pas un problème de faire face à de nouveaux problèmes. C’est plutôt une opportunité ! C’est la vie : se réveiller tous les jours pour faire face à un nouveau problème. Faire face à un nouveau problème au quotidien est gratifiant, c’est beau, c’est bien. Car affronter de nouveaux problèmes, c'est s'exposer à un nouvel enseignement.

Le problème, c’est plutôt les anciens problèmes, ceux que l’on n’a pas réglés et qui nous occupent depuis trop longtemps. À ceux qui s’accrochent encore aux mêmes vieux problèmes, il est temps de s’interroger : pour l’amour de Dieu, pouvons-nous avancer ? Comment pouvons-nous être coincés dans le même problème pendant 20 ans ? Quand vais-je me préparer à affronter les nouveaux problèmes afin de recevoir les nouveaux enseignements pour pouvoir enfin avancer et aller de l'avant ? Voilà comment vous devez vous parler à vous-même. Ce sont de bonnes questions à poser avant qu’on vienne vous les poser.

Le temps presse. Et l'aide est à votre porte.

Que Dieu nous protège et nous permette d’ouvrir notre porte pour recevoir les bénédictions.

 


Traduction d'un article en anglais écrit en décembre 2020 que vous pouvez consulter ici 

Vous aussi, devenez un acteur de cette réconciliation intégrale et un investisseur de ce projet par vos prières et vos dons à l'Institut Ha-Mim.
Soutenir l'Institut Ha-Mim

Restez connectés à nos publications !