Trois domaines de réconciliation

cha'bane nourrir sa relation avec dieu et apprendre à lui parler rajab ramadan réconciliation vivre en harmonie avec le divin Apr 14, 2021
Une déclaration attribuée au Prophète Mohammed (que la lumière de Dieu continue à nourrir son être et notre connexion avec lui) dit : "Rajab est le mois de Dieu, Cha’bane est mon mois, et Ramadan est le mois de toute l'humanité, de ma communauté (oumma).*"
 
Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?
Le Messager de Dieu nous a donné un enseignement fondamental qui peut nous aider à comprendre la signification de cette affirmation ci-dessus. Il a dit : “la religion, c’est l'art d’être en relation” (ad-dine mu'amalat).
 
Dans cette déclaration succincte, le Noble Messager (que sa parole soit toujours entendue) place le centre d'attention de la religion sur les interactions et l'art des relations. Et comme la religion est quelque chose que nous sommes censés améliorer chaque jour, nous pouvons par conséquent en déduire que l'art des relations et des interactions est un art à cultiver et développer et que nous pouvons donc nous améliorer dans cet art d'année en année.
 
En d'autres termes, la religion est un exercice continu de réconciliation et d'approfondissement de notre relation avec nous-mêmes , avec Dieu et avec les autres pour parvenir à être correctement alignés avec les personnes avec lesquelles Dieu veut nous voir liés dans cette vie. Même en français, la racine du mot «religion» vient du fait d’être relié, d’être en relation avec Dieu.
 
Nous pouvons prendre cet enseignement clé sur ce que signifie la religion comme une lunette à travers laquelle regarder tout ce qui concerne l'Islam. En relisant les conseils du Prophète (que Dieu continue à nourrir son âme et notre lien avec lui) concernant les mois de Rajab, Cha’bane et Ramadan avec cette perspicacité, nous obtenons donc cette nouvelle signification : “Rajab est le mois de la réconciliation avec Dieu, Cha’bane est le mois de la réconciliation avec moi, et le Ramadan est le mois de la réconciliation avec toute l'humanité, ma communauté (oumma)".
 
En d'autres termes, Rajab est le mois où nous nous penchons sur notre relation à Dieu et où nous cherchons à nous approprier et à nous épanouir dans notre servitude envers Lui, Cha’bane est le mois où nous nous connectons et embrassons plus pleinement notre suivi et notre amour du Guide et Maître Mohammed (que sa lumière continue de nous illuminer) et le Ramadan où nous travaillons à faire la paix avec le reste de l'humanité et à viser un état d'amour et de souci pour toutes les créatures.
Et que sont ces trois étapes, si ce n'est les trois étapes qui englobent tout le voyage vers la conscience ? Il s’agit ni plus ni moins du résumé du cheminement de l'être humain.
 
Rajab, Cha’bane et Ramadan sont des opportunités spéciales pour nous concentrer sur notre cheminement spirituel et s’atteler tout particulièrement à restaurer, réparer et réactualiser nos relations avec Dieu, le Messager et la communauté humaine dont nous faisons partie.
 
"La religion est un exercice continu de réconciliation et d'approfondissement de notre relation avec nous-mêmes , avec Dieu et avec les autres."
 
 
IMAGINE CE QUE CELA SIGNIFIE
 
Les Hommes de Dieu, les savants, sont les ingénieurs de l'art du développement de la conscience. Ils ont pour rôle de nous rappeler l'importance du temps et de certains moments dans le temps, l'importance de l'espace et de certains lieux bénis ainsi que l'importance de l'être humain, et de certains êtres humains en particulier.
 
Concernant l'importance de ce moment de Rajab, Cha’bane et Ramadan, l'un de nos ancêtres spirituels, l'imam Ibn Rajab al-Hanbali** a dit :
le mois de Rajab est la porte d'entrée vers les mois de bonté, de bénédiction, de développement et de croissance".
 
Un autre savant, Abu Bakr al-Warraq al-Bilkhi, a décrit ces mois spéciaux avec cette belle image de croissance :
Rajab est le mois de l’ensemencement, des semailles et de la plantation, Cha’abane est le mois de l’arrosage des graines pour qu'elles deviennent des plantes, et Ramadan est le mois de la récolte des fruits que donneront ces plantes”.
 
De même, un autre homme de Dieu a dit : “l'année est comme la vie d'un arbre. Rajab est le mois de la croissance et du déploiement de ses feuilles. Cha’bane est le mois de la croissance de nouvelles branches. Ramadan est le mois de la floraison et de la production de fruits. Les croyants sont ceux qui cueillent et se délectent de ces fruits pendant le Ramadan”.
 
Dans une autre image encore, pour souligner l'idée de la connexion entre ces mois et la nécessité de commencer à se préparer pour Ramadan dès le mois de Rajab, Abu Bakr al-Warraq déclare :
Rajab est le vent qui crée les nuages
Cha’bane est le rassemblement de ces nuages ​​dans le ciel et leur remplissage en vue de futures pluies
et Ramadan est l'averse qui tombe de ces nuages ​​au moment béni”.
 
Cette métaphore nous rappelle qu'il y a une montée en puissance vers le mois de Ramadan dont nous voulons faire partie. Nous ne devons pas attendre en mode passif que le doux fruit du Ramadan nous parvienne. Nous devons plutôt choisir d'être de ceux qui créent le vent qui regroupera les nuages ​​qui finiront par déverser sur l'humanité une abondante pluie de soulagement. Voilà le rôle de l'être humain éveillé qui doit rejoindre le mouvement avec un engagement total et assez tôt dans le processus, non pas à la dernière minute. Nous pouvons choisir pour ce mois de Rajab d'être les créateurs des vents positifs du changement, des vents si puissants qu'ils rassembleront des nuages ​​de pluie pour le mois à venir, ce qui se traduira par des bénédictions pour tous pendant Ramadan. Ou nous pouvons choisir d'être de simples consommateurs d'un état doux et agréable que nous nous attendons à recevoir avec le Ramadan. Mais la première des deux options est la plus noble.
 
 
NÉ DE L'EXPÉRIENCE
 
Vous voyez comment les paroles des héritiers du Prophète de Dieu deviennent des ornements autour de sa déclaration sur Rajab, Cha’bane et Ramadan… ce sont comme les dessins délicats que l'on trouve dans les textes enluminés du Moyen-Âge. Ils mettent en évidence le thème de la croissance, de la progression, de la nouvelle vie et de la bénédiction.
 
Ces hommes de Dieu ont extrait des significations de cette guidance prophétique et ils ont été capables de le faire parce qu'ils ont suivi ses conseils en vue d’honorer ces mois. Et voilà ce qu’ils ont découvert, ce qu'ils ont expérimenté et vécu : lorsque vous vous réconciliez avec Dieu et Son Prophète, vous plantez des graines et nourrissez votre croissance vers la maturité qui vous mènera à être en mesure de devenir une source de bénédiction pour toute l'humanité, à l'image d'un arbre fruitier. Cela signifie qu’au moment où vous atteignez Ramadan, au moment où vous atteignez la troisième étape de votre croissance spirituelle, vous devriez proposer des fruits, offrir la bonté, à toute l'humanité.
 
"Lorsque vous vous réconciliez avec Dieu et Son Prophète, vous plantez des graines et nourrissez votre croissance vers la maturité qui vous mènera à être en mesure de devenir une source de bénédiction pour toute l'humanité, à l'image d'un arbre fruitier."
 
 
PLANTATION
 
En arabe, nous appelons le fait de se réconcilier avec Dieu “tawba”. Il ne s’agit pas seulement d'un processus mental qui viserait à reconnaître de manière théorique et abstraite que Dieu est votre Seigneur. C'est un processus beaucoup plus profond de reconnaissance de votre essence en tant que serviteur qui fait des erreurs, mais qui est au service d'un Seigneur et Maître qui pardonne et libère.
 
Ceux qui sont passés par ce processus de tawba savent qu'il s’agit du renouvellement et de la restauration d'une terre qui paraissait morte. En tant que musulmans, nous avons reçu pour ce faire un outil qui est l'exercice de développement de conscience consistant à méditer avec la phrase "AstaghfirAllah" qui signifie : “Ô Seigneur, couvre-moi et couvre mes erreurs de Ta Grâce et de ton Pardon et neutralise les effets négatifs de mes actes”.
 
Cet outil est la houe qui vient déterrer roches et mauvaises herbes afin de transformer la terre du cœur. Alors que vous travaillez votre pratique du repentir durant le mois de Rajab, vous commencez à sentir que tout ce qui a obstrué la terre de votre cœur durant l'année passée est en train d'être nettoyé. Selon le Prophète (que sa lumière continue de nous illuminer), votre processus de retour vers Dieu n'est pas complet à moins que vous ne fassiez trois choses : reconnaître votre faute, éprouver de réels regrets et remords et être résolu à ne pas répéter la même erreur.
 
Il s’agit bien là d’un art. Nous connaissons des personnes qui se sont engagées si profondément dans ce processus que l'impact de leur réussite ne les a pas seulement affectées, mais elle a aussi eu des répercussions sur les gens qui les entourent, comme le vent dans la métaphore d'Abou Bakr al-Warraq.
 
La dernière partie du processus, la résolution de ne pas revenir sur son erreur, est la plantation de nouvelles graines dont parle Abu Bakr al-Warraq al-Bilkhi. Se résoudre à ne pas répéter une erreur est une forme d'intention. Normalement, si vous commencez à ressentir une nouvelle vie en vous lors d’une réelle tawba, vous vous sentirez inspiré par de nobles intentions sur la façon de vivre une vie meilleure avec Dieu.
 
Voilà ce qu’amène le fait de tourner complètement son cœur vers Dieu. En arabe, le mot racine de l'intention est «nawa» qui signifie en fait semence, noyau. Ainsi, faire tawba, s'engager dans le repentir ou se réconcilier avec Dieu (ce qui revient au même en réalité), c’est planter de nouvelles graines. Voilà ce que Rajab devrait être pour nous et en nous.
 
 
L'ARROSAGE
 
Lors du mois de Cha’bane, le mois du Prophète Mohammed (que Dieu continue de nourrir son être, sa lumière et notre connexion à lui), nos professeurs nous conseillent de rechercher continuellement une connexion avec lui à travers l’exercice de développement de conscience qui consiste à réciter inlassablement : “Allahumma salli ‘ala Sayyidna Mohammad wa Aalih”, ce qui signifie : «ô mon doux Seigneur, accorde-moi un lien profond d'alignement et de connexion avec mon maître Mohammed et sa famille”.
 
Le Messager de Dieu est la manifestation de l'Amour et de la Grâce Divine (Rahma). Et il se trouve que, dans les textes islamiques, la Rahma est symbolisée par la pluie, ce cadeau céleste qui vient ramener la vie sur terre.
 
En cultivant un lien avec celui qui est la Rahma de Dieu en personne, le Prophète Mohammed, nous invitons la pluie (Rahma) à venir nourrir nos graines qui ne sont autres que nos intentions semées avec espoir à Rajab. En effet, si nous n’avions pas espoir, nous n’aurions jamais planté nos graines. Pourtant, il y a des moments où nous hésitons et nous nous demandons si nos intentions/graines vont finir par grandir ou pas... et c’est en nous accrochant à la corde de Dieu, qui est le Guide Mohammed, que nous sommes capables de garder le cap et de voir notre espoir réactualisé par cette Grâce qui nous vient à travers notre connexion avec lui.
 
"Dans les textes islamiques, la Rahma est symbolisée par la pluie, ce cadeau céleste qui vient ramener la vie sur terre."
 
Il s’agit là de la manière la plus profonde de se réconcilier avec le Messager. Cela va bien au-delà d'une simple acceptation intellectuelle et théorique de sa place dans nos vies, cela nous transporte dans le royaume profond de la reconnaissance du fait qu'il est l'intercesseur, le moyen par lequel Dieu a choisi de nous honorer, de nous aider et de nous sauver d'une fatalité inévitable. C'est lui qui nous guide depuis la position de notre intention initiale d'être en bons termes avec Dieu, pour pouvoir nous tenir à cette intention et l'accomplir dans notre vie quotidienne.
 
Voilà la manière dont nous devons nous lier au Messager de Dieu, lui qui est celui qui nous a été envoyé pour nous aider à garder le cap, pour nous encourager, pour arroser les graines de bonté en nous, pour nous aider à garder notre résolution et notre détermination, à inspirer notre espoir et notre confiance en Dieu, et pour nous élever afin que nous puissions devenir un bienfait pour les autres et plaire à notre Seigneur.
 
 
LA RÉCOLTE

Le mois de Ramadan est le mois de la récolte des fruits des travaux spirituels initiés durant les mois de Rajab et de Cha’bane. 

Durant ce mois béni, nous sommes invités à réciter la déclaration universelle de «la ilaha ilAllah» comme exercice de développement de conscience. Ce qui signifie : “rien ne vaut mon attention et ma passion sauf Toi, mon Seigneur”. 

Cette déclaration nous relie à toute l'humanité car elle nous rappelle que nous sommes tous des créatures créées par le même Créateur : nous sommes tous venus de Lui et nous retournons à Lui. Nous sommes une communauté, créée et gouvernée par un seul Seigneur. 

Pendant ce mois de Ramadan, tous ceux qui recherchent la réconciliation avec leur Seigneur jeûnent, unis dans cette expérience pendant trente jours. Il peut alors s'agir d’une expérience de solidarité les uns avec les autres.

Si nous nous concentrons sur notre Créateur et faisons de Lui notre but, comme il est exprimé dans «la ilaha ilAllah», nous pouvons réellement devenir meilleurs les uns pour les autres et profiter à l'humanité, ce qui est le but ultime de tout développement de conscience. 

Si nous gardons notre attention fixée sur nous-mêmes ou fixée les uns sur les autres, cela semble impossible. Mais si nous dirigeons notre boussole intérieure vers Lui, alors nous pourrons nous relier les uns aux autres à travers Lui et nous traiter les uns les autres avec le plus haut degré de moralité, de bonté et de gentillesse. 

C’est ainsi que le Ramadan, au fil des siècles, a toujours fait ressortir chez les gens le courage de pardonner, de partager, d'être généreux et de tendre la main. Il s’agit bien là du mois de la charité, du mois de la communauté.

 
 
SAISIR L'OPPORTUNITÉ
 
Ces trois mois de Rajab, Cha’bane et Ramadan sont des opportunités. Ils représentent les trois étapes du développement de la conscience :
  • réconciliation avec son Seigneur
  • réconciliation avec le Messager du Seigneur
  • réconciliation avec l'humanité.
Ce que nous devrions viser n’est pas une simple réconciliation intellectuelle, il ne s’agit pas simplement de dire : “oui, il y a un Dieu, oui, il y a un prophète”. C'est quelque chose de plus profond, il s'agit vraiment de se concentrer sur les relations, de réparer les parties qui se sont effilochées, de s'attaquer aux parties de nous-mêmes qui résistent à une réconciliation complète, et de les aligner par des pratiques de développement de conscience («dhikr») jusqu'à ce qu'il y ait un profond sentiment de paix et une proximité et une appréciation retrouvées dans chaque relation.
 
Enfin, on peut imaginer ce processus en trois parties à l'image des lettres “alif, lam, mim”.
  • Alif est la graine descendant de la Présence Divine.
  • Lam est l'eau qui coule dans le sol et irrigue la graine.
  • Mim est le fruit de la graine.
En d'autres termes:
  • Alif est notre ligne vers Dieu.
  • Lam est le lien entre nous et Dieu, qui facilite la relation avec lui, l'approche de lui et se nourrit de lui, il s’agit bien du Messager de Dieu et de tous ceux qui continuent son œuvre en nous aidant à connaître notre Seigneur.
  • Mim est le cercle humain de conscience qui s'ouvre pour recevoir et contenir ce qui vient du Connecteur, et finalement de Dieu.

 

PUISSIONS-NOUS COMMENCER LE PROCESSUS MAINTENANT
 
Le Prophète Mohammed (que la lumière de Dieu continue de nourrir son âme et notre connexion avec lui) nous apprend :
  • à planter la graine en se réconciliant avec notre Seigneur à Rajab
  • à arroser la plante en se réconciliant avec le Messager, l'Amour de Dieu, à Cha’bane,
  • à récolter les fruits sucrés de ce magnifique processus d'éveil de notre conscience lors du mois de Ramadan qui devrait être un mois de réconciliation avec nos semblables à travers une effusion de pardon, de gentillesse, de générosité et de bonne volonté.
 
Puissions-nous commencer le processus maintenant.
 
 
___________________________________
 
Notes :
 
*Hasan al Basri a affirmé que ces paroles provenaient du Prophète Mohammed, mais nous savons que Hasan al Basri ne l'a jamais rencontré, puisqu’il appartenait à la génération suivante (la génération Tabi'i). Ce genre de narration (Hadith) est appelé "mursal", ce qui signifie que nous avons une génération dans la chaîne de transmission qui n'est pas connue (dans ce cas, la génération du Compagnon).
 
** vous remarquez que dans le nom de ce savant, il y a le mot "Rajab". Son nom est en fait "fils de Rajab" parce que son père portait ce nom. Ces mois étaient tellement célébrés que les gens allaient jusqu’à appeler leurs enfants d’après ces mois. Rabi’a est également l'un des mois célébrés pour la naissance du Messager de Dieu à Rab’ia al-Awwal.
Vous aussi, devenez un acteur de cette réconciliation intégrale et un investisseur de ce projet par vos prières et vos dons à l'Institut Ha-Mim.
Soutenir l'Institut Ha-Mim

Restez connectés à nos publications !